Saint-Valentin - Nuka et Christelle : l’amour autrement

Par Thierry Léon O commentaire
Nuka et Christelle

Cela fait deux ans que Nuka Amoorthum 31 ans et Christelle Labadie 32 ans, filent le parfait amour avec la bénédiction de leurs parents. À l’occasion de la fête de la Saint-Valentin, elles ont accepté de témoigner à visage découvert.

Il y a des histoires qui ne racontent pas. Les mots, en effet, perdent de leur amplitude quand ils sont tirés de leurs contextes. Ils ne témoignent plus de la même vérité. C’est pour cela, que Nuka et Christelle nous invitent à vivre, l’instant d’une lecture, leur histoire d’amour sans les juger. 

Tout commence en 2016. Nuka est alors en couple, depuis un an, avec une femme. Mais cette relation bat de l’aile tant et si bien que les gens de son entourage lui conseillent de rompre. « Cela faisait un an que j’étais en couple avec une femme, mais elle était devenue au fil des mois très agressive à mon égard. À un moment, j’allais tellement mal, que j’avais perdu ma joie de vivre. Tant et si bien que mes parents et mes proches m’ont tous conseillé de mettre un terme à cette relation. »

Nuka et Christelle n’ont pas peur de montrer à la société qu’elles s’aiment. 

Se sentant mal dans sa peau, perdue, Nuka se tourne vers une amie de longue date : Christelle. « Christelle s’était séparée de son mari. Mère de deux enfants, une fille et un fils, elle était alors ma meilleure amie. Quand j’ai commencé à avoir des problèmes avec ma copine, elle est vite devenue ma confidente. À ce stade, nous n'étions que de bonnes copines. Sans plus. » 

Puis, le temps d’un bal, les deux jeunes femmes se découvrent une incroyable attirance. « À la fin d’une soirée dansante, j’ai ressenti comme une décharge électrique quand Nuka a voulu m’attraper la main pour m’accorder une danse. C’était la toute première fois que nous avons partagé une pareille sensation. Tant et si bien qu’on ne savait plus comment réagir », explique Christelle.

De fil en aiguille, les deux femmes commencent à s’envoyer des textos de plus en plus régulièrement. Et sans même s’en rendre compte, elles étaient déjà amoureuses l’une de l’autre. « Nous nous sommes mises en couple tout naturellement. Dans certains cas, quand on aime quelqu’un on n’a pas besoin de le lui dire. L’amour que nous partageons, Nuka et moi, est tellement fort qu’il s’est passé des mots pour s’exprimer, » raconte Christelle.

Consentement

Cette relation est si fusionnelle, que Christelle décide d’emménager chez Nuka avec ses deux enfants en 2017. « Avant de vivre en couple avec Nuka, j’en ai d’abord parlé avec ma fille et mon fils qui sont âgés de 16 et 7 ans respectivement. Je leur ai clairement expliqué que j’aimais Nuka et que j’envisageais de vivre avec elle. Mes enfants m’ont bien écoutée et ils m’ont dit de suivre mon cœur et qu’ils allaient me soutenir dans cette démarche. D’ailleurs, aujourd’hui mes enfants s’entendent très bien avec Nuka. Nous avons une vie familiale heureuse, ce qui n’était pas le cas quand j’étais mariée avec mon ex-mari. »

Et cette nouvelle vie de couple se fera avec le consentement des parents des deux femmes aussi. « Nous avons eu de la chance, parce que quand nous avons emménagé ensemble, mes parents et ceux de Christelle ne sont pas opposés à ce qu’on le fasse. Il n’y a pas eu le moindre problème. Puisque pour nous c’était naturel qu’on vive ensemble, nos parents ont également accepté cet état de choses sans préjugés », fait ressortir Nuka.

Par ailleurs, Christelle estime que c’est justement le fait de se cacher de la société qui apporte de l’eau au moulin des commérages. « Plus on se cache, plus les gens vont voir la communauté homosexuelle comme une paria. Par contre si on s’affiche comme un couple hétérosexuel, les gens vont parler, puis ils finiront par s’habituer et nous aurons le droit de vivre pleinement notre amour. »

Comportement

Le couple projette de se marier l’année prochaine. 

Cependant Nuka est d’avis que la communauté homosexuelle doit également agir de façon responsable. « C’est malheureux, mais beaucoup de personnes de cette communauté offrent elles-mêmes l’occasion à la société de leur pointer du doigt, en raison de leurs désinvoltures. Un homosexuel doit savoir comment se comporter en société. S’il sait le faire, je ne vois pas pourquoi la société ne le respecterait pas. » 

C’est d’ailleurs cette attitude qui permet à Nuka et Christelle d’avoir une vie religieuse sans préjugés. « Nous sommes de fervents catholiques, nous prions beaucoup. Quant à moi, je suis très engagée au sein de ma paroisse à Sainte-Hélène, à Curepipe, où je suis d’ailleurs donneuse de communion. Le prêtre est au courant de mon orientation sexuelle et cela ne l’a pas dérangé parce que, pour lui, je suis également une enfant de Dieu, qui a le droit d’être active au sein de sa paroisse », explique Nuka.

Et pour la Saint-Valentin, le couple n’a absolument rien prévu. « Je n’ai pas besoin d’attendre le 14 février pour offrir des roses à Christelle. Je lui en offre une au moins une fois par semaine. Donc le jour de la Saint-Valentin ce sera pour nous un jour comme les autres », relate Nuka.

Par contre, l’année prochaine, le couple prévoit officiellement de se passer la bague au doigt. « Je ne vois pas l’utilité d’aller nous marier ailleurs, alors que de retour au pays notre mariage n’aura pas une reconnaissance légale. Nous prévoyons donc un mariage laïc l’année prochaine. Nous n’avons pas encore arrêté de date. »