Roshi Bhadain campe à l’école Louis-Nellan

Par Ronnie Antoine O commentaire
Roshi Bhadain

Roshi Bhadain, leader du Reform Party et déclencheur de cette élection partielle avec sa démission du Parlement, aura très peu bougé durant la journée. Il a passé le plus clair de son temps à de l’école Louis Nellan « A », à l’avenue Berthaud. Il se faisait un devoir d’y accueillir les électeurs, leur soufflant au passage « pa blie nimero 6 », son numéro de candidat. Ce qui aura surtout étonné, c’est le nombre d’électeurs âgés qui l’ont chaleureusement salué, lui qui se positionne volontiers comme l’idole des jeunes.

Il est 10 h 25 et, Roshi Bhadain ne se fait pas trop de souci par rapport au faible mouvement des électeurs. Il fait une petite tournée en voiture, s’arrêtant de temps à autre près des tables de son parti pour vérifier que tout va bien. Puis, il tourne en rond dans le labyrinthe des rues jouxtant l’avenue Hillcrest, à Sodnac. Son but : fumer une cigarette qu’il tient au bout des doigts, en dehors du véhicule. Il prend une dizaine de minutes avant de revenir à Louis Nellan.

À 11 h 15, il se dirige de nouveau vers le centre de vote. En route, il croise quelques électeurs. Certains l’encouragent même d’un « ale Roshi, nou fer ou konfians. » À l’intérieur, Roshi Bhadain se met à un poste qu’il quittera rarement : près de la porte d’entrée, étant aux petits soins envers les électeurs. À l’un d’entre eux, il demande s’il a besoin d’un fauteuil roulant. Auprès d’un autre, il s’assure qu’il sait vers quelle salle de vote se diriger. Puis il leur glisse : « Nimero 6, pa blie. »

L’âge des électeurs qui affichent leur sympathie envers le leader du Reform Party est plutôt varié. S’il y a des poignées de mains fermes qui claquent au son d’un « drese frer », le nombre de femmes âgées qui s’arrêtent pour lui adresser un « namaste » , surtout dans la matinée, étonne aussi. À l’une d’elles, il remet même son numéro de portable : « Ou pou gayn mwa direk lor la. »

Les heures passent et Roshi Bhadain engage une conversation avec les policiers. Un peu avant 13 heures, il leur raconte comment « zot pa ti krwar bann gran parti kav gayn bate » ou encore que s’il avait été un « roder bout », il aurait conservé son fauteuil de ministre et touché au moins « Rs 4 M » jusqu’aux prochaines élections.

S’il s’est beaucoup frotté aux autres candidats et têtes d’affiche des partis, le ton est resté cordial. Anil Bachoo, Rajesh Bhagwan, Lormus Bundhoo et Nita Juddoo font partie de ceux avec qui il a échangé des plaisanteries. Seul Arvin Boolell semblait irrité par ses remarques et a affiché des signes de nervosité. Sa présence permanente devant l’entrée de l’école a agacé plusieurs membres du PTr. Fait intéressant : la poignée de main offerte à Navin Unnoop, de la Voice of Hindu, à son arrivée.