Rezistans ek Alternativ dit non à la peine de mort

By Nilen Kattany O commentaire //
Rezistans ek Alternativ

La position de Pravind Jugnauth sur la peine de mort continue à faire débat. Rezistans ek Alternativ s’est prononcé contre l’introduction d’une telle mesure, lors de sa conférence de presse tenue le samedi 18 mars 2017.

Le mouvement de gauche estime que la peine capitale n’est pas l’arme idéale pour combattre le trafic de drogue. Son président, Dylan Allagapen, croit qu’il faut se pencher sur le fond du problème et il propose de s’attaquer à des questions pertinentes telles que la réforme électorale et le financement des partis politiques.

Dylan Allagapen trouve aussi dangereux la proximité de certains suspects avec des politiciens. « Pravind Jugnauth n’aurait pas dû relancer le débat sur la peine de mort pour les trafiquants, car la répression n’a pas fonctionné jusqu’ci », observe le président de Rezistans ek Alternativ.

D’autres membres de ce parti ont pris la parole lors de la conférence de presse. Aichah Soogree invite ceux qui ne souhaitent pas fournir leurs empreintes digitales et leurs données biométriques pour les besoins de la nouvelle carte d’identité, à prendre contact avec Rezistans ek Alternativ pour une action concertée le 24 mars 2017. Elle n’a toutefois pas donné plus de détails sur cette « action concertée » par peur de représailles. Michel Chiffonne demande, lui, au gouvernement de rendre public tous les accords signés avec le gouvernement indien, dans le cadre du projet Metro Express. Il soutient que le peuple a le droit de savoir ce que contiennent ces accords, compte tenu de l’envergure du projet.