Rencontre avec les électeurs du no 18 : trois des 40 candidats font acte de présence

Par Patrick Hilbert O commentaire
Tania Diolle, Jack Bizlall et Alexandre Barbès-Pougnet

Quarante candidats s’affrontent pour l’élection partielle de Belle-Rose/Quatre-Bornes qui aura lieu le 17 décembre. Ils étaient invités à rencontrer les citadins à la salle paroissiale de l’église Saint-Patrick, à Quatre-Bornes, lundi soir.

Seulement trois d’entre eux ont cependant fait acte de présence. Jack Bizlall, du Mouvement 1er-Mai, Tania Diolle, du Mouvement militant mauricien, et Alexandre Barbѐs-Pougnet, du Ralliement citoyen pour la patrie, ont ainsi pu expliquer leur programme et répondre aux questions de l’assistance.

Pour Alexandre Barbѐs-Pougnet, le rôle d’un député n’est pas de se lancer dans la critique du gouvernement et de l’opposition. Il s’agit plutôt, selon lui, de trouver des solutions qui auront une répercussion sur le bien-être des citoyens.

Jack Bizlall a, pour sa part, précisé qu’un député n’est pas élu pour sa circonscription mais pour la République, car il faut faire la différence entre politicien et technicien. S’il est élu, il s’engage à écrire à toutes les institutions pour que celles-ci fassent leur travail. Il prendra 13 engagements s’il est choisi. L’un d’eux étant qu’il expliquera en détails à quoi servira son salaire de député.

Selon Tania Diolle, la prostitution et la drogue dans la ville des fleurs sont des fléaux qui doivent être attaqués de front. Le projet Metro Express mérite, selon elle, une planification minutieuse afin d’éviter d’autres problèmes de circulation à Quatre-Bornes.