Première réunion publique de l’Inter-Agency Working Group - Navin Beekarry : «Ne sous-estimez pas la force de cette plateforme»

Par Nasif Joomratty O commentaire
Première  réunion  publique de l’Inter-Agency Working Group

«Ne sous-estimez pas la force de cette plateforme. » Propos de Navin Beekarry, directeur de l’Independent Commission Against Corruption (Icac), mercredi.

C’était dans le cadre d’un atelier de travail sur le Leadership et la Supervision, organisé par l’Icac. Depuis quelque temps, cette institution avait pris l’initiative de regrouper les institutions, telles que la MRA, l’Adsu, la FIU, pour combattre plus efficacement le blanchiment d’argent et les trafics. Il y a eu la signature d’un protocole d’accord, entre l’Icac et le bureau anticorruption malien, en présence du Dr Roger Korantang, portant sur l’enrichissement illicite. étaient présents, les responsables des différents  organismes,   en l’occurrence  le Commissaire de Police Mario Nobin, le Commissaire des Prisons Vinod Appadoo,  le directeur de la MRA Sudhamo Lal et Chayan Ringadoo de la Gambling Regulatory Authority (GRA).

Navin Beekarry  a expliqué qu’il présidait un comité technique pour tacler les crimes financiers. Selon le directeur de l’Icac,  les idées conjointes émises par différents responsables des institutions qui combattent les délits financières devraient générer celles qui aideront le pays à mieux y faire face.  « Les criminels ont les moyens, mais on a la force. Si l’on travaille ensemble, on devrait pouvoir rattraper les criminels », a-t-il précisé. « On travaille sur une nouvelle approche pour réglementer le crime financier. Un rapport sera bientôt  remis au gouvernement. » Navin Beekarry  a aussi déclaré  que l’avènement de la technologie rendait la situation plus difficile. «  Les criminels ne demeurent pas insensibles à la technologie. Les exemples flagrants sont Bitcoin et Blockchain. »

Le CP Mario Nobin a  axé son intervention sur les mesures prises au niveau de la force policière. Il a  ainsi évoqué l’Internal Assesment Cell, qui vise à encourager les policiers à agir correctement dans l’exercice de leurs fonctions.  Il a salué la collaboration entre différents organismes dans le combat contre la corruption et le blanchiment d’argent. Pour sa part, Vinod Appadoo s’est exprimé sur les responsabilités sociales visant à mieux combattre la corruption. Paul Clayton, de l’Integrity Report Services Agency,  a soutenu qu’il pouvait enquêter dans des cas de unexplained wealth que la police et d’autres organisations ont été saisis. Son agence dispose de l’expertise d’un ex-juge et de deux assesseurs. « Si vous ne pouvez  expliquer la provenance de vos biens, ils sont saisis. » Paul Clayton a exprimé le souhait de travailler  à l’avenir en collaboration avec les autres acteurs de l’Inter-Agency Working Group. « Cela prendra du temps, mais le projet se concrétisera sûrement. »

Chayan Ringadoo, CEO de la GRA, soutient que plusieurs mesures ont été mises à exécution, dont un Central Monetary System, qui rendrait tous les opérateurs redevables. « Bientôt les Senior Managers des casinos devront détenir un permis. » Guillaume Ollivry, directeur de la FIU, a évoqué l’émergence d’un nouveau type de criminel. « Nous devons nous adapter pour cibler ces personnes. Des  gens commencent à devenir malhonnêtes, en se livrant à  l’évasion fiscale. Désormais, nous allons conjuguer nos efforts. Nous allons apprendre  des autres. J’ai rencontré des policiers qui n’ont aucune idée sur  les crimes financiers. » Sudamo Lal a évoqué le crime fiscal. Il a déploré qu’il n’y ait pas des dispositifs  pour arrêter ceux qui ne s’acquittaient pas des impôts. «  Ils n’ont  aucune crainte et la société ne considère pas cette évasion  comme un crime. »