Pravind Jugnauth : «Le Metro Express va redéfinir le système de transport»

Par Thierry Laurent, Ronnie Antoine O commentaire
(De gauche à droite) Nando Bodha, Abhay Thakur, sir Anerood Jugnauth, Ivan Collendavelloo et Pravind Jugnauth lors de la cérémonie officielle marquant le lancement des travaux, vendredi.

Le Premier ministre Pravind Jugnauth et le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, ont exprimé vendredi, lors de la cérémonie de la pose de la première pierre du Metro Express, leur fierté concernant ce projet qu’ils décrivent comme un tournant dans la modernisation de Maurice.

«It is a game changer ». C’est en ces termes que s’est exprimé le chef du gouvernement au sujet du Metro Express. Ce projet qui revient sans cesse à l’avant plan depuis 1989, sous des gouvernements successifs, a franchi pour la première fois, le cap le plus important de son histoire, avec cette cérémonie de pose de première pierre.

Celle-ci a eu lieu à l’ancienne gare ferroviaire qui sert actuellement d’aire de stationnement au Caudan. « La première étude sur ce projet date de 1989 alors que sir Anerood Jugnauth (SAJ) était Premier ministre », a précisé Pravind Jugnauth. Ce dernier a aussi souligné lors de son discours que le Metro Express  marquera un tout nouveau chapitre dans le développement de Maurice.

« Nous sommes en train de redéfinir le système de transport de manière significative », a-t-il déclaré. La concrétisation d’un tel projet permettra aussi au pays de réaliser des économies. Les embouteillages quotidiens constituent un coût de Rs 4 milliards par an. Une situation qui risque d’empirer, car selon des études menées par le gouvernement, d’ici les treize prochaines années, ce chiffre passera à Rs 10 milliards. « Et le Metro Express nous a paru être le meilleur choix », a-t-il expliqué. Le Premier ministre a aussi fait part du fait qu’il y a un sentiment de frustration chez les usagers du transport en commun. C’est donc sur ce projet, qui s’étendra sur une distance de 26 kilomètres de Curepipe à Port-Louis, que le gouvernement compte essentiellement miser pour venir à bout de la congestion routière.

Si la première phase du projet servira à relier Curepipe et Port-Louis, Pravind Jugnauth, n’exclut pas la possibilité de connecter les régions rurales au Metro Express à l’avenir. Par ailleurs, en ce qu’il s’agit des retombées économiques à court terme, Pravind Jugnauth a parlé de spillover autour des différents arrêts qui devraient notamment bénéficier aux Petites et Moyennes Entreprises. La création de 7 000 emplois est aussi à prévoir dans le secteur de la construction, alors qu’il faut y ajouter ceux qui trouveront un emploi permanent une fois le Metro Express sur les rails.

Le chef du gouvernement a aussi joué la carte de l’apaisement en donnant la garantie aux employeurs du secteur du transport qu’ils seront consultés afin de dégager une « win-win situation ». Le ministre Nando Bodha a, quant à lui, avancé qu’outre le Metro Express, d’autres projets seront réalisés dans le cadre de la décongestion routière. Une enveloppe de
Rs 50 milliards est prévue à cet effet. Il a une fois de plus parlé de la construction d’un échangeur à Phoenix ainsi que celle d’un pont pour relier les régions de Sorèze et de Coromandel.

Affaire Sobrinho - SAJ : «90 % de faussetés»

Interrogé dans un premier temps sur ses impressions sur le projet Metro Express, le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, a fait part de sa joie. « Mo bien kontan… Mo selebre la nesans. Il faudra maintenant travailler avec rapidité », a-t-il déclaré.

SAJ a, dans un deuxième temps, fait une virulente sortie contre les journalistes et les politiciens sur l’affaire Alvaro Sobrinho. « Bann zournalis politisien san lamour prop », a-t-il souligné.

Il est aussi d’avis que 90 % des choses qui ont été dites concernant cette affaire sont des faussetés. Le ministre mentor a aussi fait part de son impression que certains journalistes et politiciens travaillent de concert pour contrer l’action gouvernementale.

Abhay Thakur : «Nous aurons à faire face à des défis logistiques»

Le haut commissaire indien à Maurice, Abhay Thakur, a prononcé un discours de circonstance lors du lancement officiel du Metro Express. Il a réaffirmé la volonté de Delhi de « soutenir pleinement le gouvernement mauricien dans ses projets de développement infrastructurel ». Ce projet « démontre notre engagement au plus hauts niveaux économiques », dira le haut commissaire indien.

Toutefois, Abhay Thakur a soutenu qu’avec un projet de l’envergure du Metro Express, il faut « s’attendre à des problèmes ». « Durant la phase de construction, nous aurons à faire face à des défis logistiques et d’implémentation sur le terrain ». Mais, assure Abhay Thakur, « avec la collaboration et la bonne volonté de Maurice comme de l’Inde, ces problèmes peuvent être surmontés ».

Le trajet virtuel en métro

La salle où la pose de la première pierre du Metro Express a eu lieu était décorée de telle sorte à ce qu’elle ressemble à l’intérieur d’un vrai métro. Avec des fenêtres sur les côtés et le pare-brise à l’avant. Après les discours officiels, des images y ont été projetées donnant l’illusion d’être dans un train en mouvement. Cette présentation a donné quelques indications concernant les routes par lesquelles le métro devrait passer.

De la gare de Curepipe, les wagons passeront par Vacoas et Phoenix, notamment sur Palmerstone Road où  se trouve le collège Adventiste. Ensuite à St-Jean, où se trouve un arrêt et Quatre-Bornes. C’est par l’avenue Victoria que le Metro Express se dirigera alors vers Rose-Hill. De là, direction Beau-Bassin à travers la promenade de Van der Meersch pour arriver à la rue Jean Lebrun. Le prochain arrêt se trouve à Richelieu avant que les rails ne prennent la direction de la capitale par Grande-Rivière Nord Ouest et son vieux pont, avant d’arriver à l’autoroute et la gare Victoria, puis finalement, la place de l’Immigration.