PR School of Management & Education : le ministère réagit aux doléances des étudiants

Par Raj Bissessur O commentaire

Réagissant aux doléances des étudiants de la PR School of Management concernant des manquements, le ministère de l’Éducation précise que le permis de l’institution n’a en aucun cas été annulé par la MQA.

Intervenant à l’antenne de l’émission Xplik ou K, Deenesh Seeharry, attaché de presse au ministère de l’Éducation, a apporté des précisions sur les multiples doléances formulées par des étudiants de la PR School of Management and Education qui a fermé ses portes. Selon le ministère, cette dernière a obtenu son permis lui permettant d’opérer comme institut de formation le 17 mai 2013. Sa licence a expiré le 16 mai 2016. Le 31 mars 2016, l’institution avait fait une demande pour renouveler son permis.

« Elle faisait déjà l’objet de nombreuses plaintes. On déplorait notamment la qualité de la formation qui y était dispensée. On relevait des manquements aux règlements établis. Certaines de ces règles sont fixées par la Mauritius Qualifications Authority (MQA). La PR School était tenue de se soumettre à ces règles », explique Deenesh Seeharry.

Médiateur nommé 

Il ajoute que l’organisme a demandé à l’institution de prendre des mesures correctives sous la Regulation 11 de la MQA. « La PR School n’a pas adhéré aux nombreuses requêtes faites par la MQA. Elle n’a pas résolu ces manquements et a continué à accueillir de nouveaux étudiants », déplore l’attaché de presse.

Le 5 décembre 2016, poursuit-il, bien après l’expiration de son permis et après avoir été reprise par la MQA, la PR School a décidé de cesser toutes ses opérations. « Elle en a informé la MQA. Mais à aucun moment la MQA n’a annulé sa registration. Elle a tout simplement demandé à l’institution de se mettre en règle et de résoudre ce qui devait l’être. Si la PR School s’était soumise à ces exigences, son permis aurait été renouvelé. »

Selon Deenesh Seeharry, la PR School a aussi informé la MQA qu’un homme de loi, agissant comme médiateur, avait été nommé pour gérer les problèmes conflictuels au niveau des étudiants. Il devait trouver des arrangements pour le remboursement des frais des cours qui ne seraient plus dispensés.

L’attaché de presse indique que « le State Law Office examine le problème de la PR School ». Le ministère de l’Éducation recommande aux étudiants de se tourner vers le médiateur. « Seul le médiateur pourra dire where the matter stands et dissiper l’épais brouillard dans lequel sont plongés les étudiants, le public et les autorités. »