Poste-de-Flacq : la dalle d’une maison se désagrège un mois après avoir été coulée

Par Preity Ramessur-Bhoyroo O commentaire
dalle

Créola Casimir, 53 ans, avait sollicité la firme Eastern Mix, en mars 2015, pour le coulage de sa dalle. Un mois après, le plafond de la maison de cette habitante de Poste-de-Flacq a commencé à se fissurer. Peu à peu, les fissures se sont propagées dans plusieurs chambres.

« J’ai relancé le personnel d’Eastern Mix pour leur exposer mes doléances. La maison est lézardée. Près d’un an après les travaux, soit en novembre et en janvier derniers, un ingénieur s’est déplacé pour dresser un constat des lieux », confie Créola. « L’expert a examiné la dalle à l’aide d’un appareil avant de quitter les lieux. Mais aucune mesure n’a suivi. Les fissures s’agrandissent et le toit fuit comme une passoire lors d’averses. Je ne sais plus quoi faire », déplore la quinquagénaire qui s’est résolue à solliciter notre rédaction.

Xplik ou K a contacté un ingénieur d’Eastern Mix. Il a indiqué que le cas de Créola Casimir est toujours en attente. « Nous avons fait des analyses sur la dalle pour déterminer s’il y a un défaut dans le béton qui cause ces fissures. Le béton est de bonne qualité. Il faut à présent examiner la qualité de la ferraille utilisée. Hélas, nous ne disposons pas d’appareil adéquat. Nous en attendons un pour procéder aux analyses », explique l’ingénieur.

La Consumer Protection Unit (CPU) soutient qu’avant de faire une déposition, le client doit présenter le contrat qu’il a signé pour le coulage de la dalle. « Le contrat comporte tous les détails et les spécifications sur le type de béton utilisé, sur l’épaisseur de la dalle, sur des produits intégrés au mélange, etc. Ce sera très utile dans le cadre de notre enquête », souligne-t-on à la CPU.