Politique : début d’année crucial

By Yaasin Pohrun O commentaire
Pravind Jugnauth

Le MSM a tenu son premier bureau politique de 2017, le lundi 9 janvier, au Sun Trust. Avec le départ du PMSD du gouvernement, la redistribution des ministères laissés vacants et d’autres postes a son lot d’importance avant la rentrée parlementaire prévue en mars.

Le Mouvement socialiste militant (MSM) a tenu son premier bureau politique (BP) de 2017 le lundi 9 janvier. D’habitude, les oranges ont l’habitude de tenir leur BP les samedis, mais l’invitation à cette réunion a circulé dans l’après-midi du vendredi 6 janvier.

Du côté du Sun Trust, on indique qu’en raison du calendrier religieux du week-end prochain, cette réunion a été convoquée pour rester dans le rythme de la reprise des activités. Selon les propos tenus par le leader du MSM Pravind Jugnauth à l’issue de la réunion, le départ des bleus a été évoqué. Les circonstances entourant ce départ ont été expliquées aux membres du BP, notamment concernant le Prosecution Commission Bill.

Ont participé à cette réunion au Sun Trust le leader du parti Pravind Jugnauth, le président Showkutally Soodhun et le secrétaire général Nando Bodha, entre autres élus et ministres. La réunion s’est déroulée en moins d’une heure. Outre le départ du PMSD, il a aussi été question de la mobilisation à maintenir sur le terrain pour barrer la place à l’opposition.

Roshi Bhadain était tout sourire en empruntant les marches du Sun Trust, son colistier battu aux dernières élections, Koomaren Chetty – l’un des trois Chief Executive Officers de Landscope Mauritius – étant absent. Interrogé sur les rumeurs d’une adhésion de ce dernier au PMSD, Pravind Jugnauth a indiqué : « Bizin dimann li. » Idem concernant les articles de presse sur le ministre de la Bonne gouvernance.

La Parliamentary Private Secretary Roubina Jadoo-Jaunbocus était elle aussi présente. Alors qu’elle était interrogée sur la controverse causée par ces visites effectuées dans les prisons, Pravind Jugnauth a volé à sa rescousse : « C’est totalement faux ce qu’on dit à son égard. » Raj Dayal était présent. Il devra comparaître ce mardi 10 janvier en cour intermédiaire pour la suite de l’affaire Bal Kouler.

Une étape jugée cruciale pour l’avenir politique de l’ex-ministre de l’Environnement. Son entourage revendique que son poste devrait lui être restitué en attendant l’issue de l’affaire devant la justice.

Si l’on se fie à la dernière déclaration du Premier ministre sur le remplacement des postes ministériels et autres laissés par les bleus, il faudra attendre jusqu’à mars (voir hors-texte). Au Sun Trust, on se dit également conscient que ce scénario ne peut se prolonger jusqu’en mars 2017, avec des ministères fonctionnant en mode de supervision par intérim. Dans cette logique, un remaniement ministériel devrait intervenir au plus tard en février.


Pravind Jugnauth : «Les bleus qui sont en poste doivent partir»

« Le PMSD doit respecter la logique de sa démission du gouvernement. » C’est la déclaration faite par Pravind Jugnauth après que le PMSD a décidé de maintenir ses conseillers municipaux et quelques nominés politiques en poste.

Selon Pravind Jugnauth, « les bleus ne peuvent demeurer en poste après le départ du PMSD du gouvernement, tant au niveau des mairies que des ambassades ».

De leur côté, les bleus clament haut et fort que la victoire de 120-0 dans les villes aurait été impossible sans l’appui du PMSD. Concernant les ambassades, au PMSD on laisse entendre qu’il n’est pas question de perturber les représentants de la diplomatie mauricienne.