Paul Bérenger : «Les responsabilités de sir Anerood Jugnauth ne sont pas claires»

By Fernando Thomas O commentaire
Paul Bérenger

Le leader du MMM, Paul Bérenger, a été très critique envers le portefeuille de Mentor Minister qu’occupe sir Anerood Jugnauth depuis la passation de pouvoir effectuée il y a trois semaines.

Il est d’avis que les « choses ne sont pas claires » en ce qui concerne les responsabilités de ce dernier. Selon lui, ce partage de pouvoir est « illégal et anticonstitutionnel ».

« Notre Constitution stipule que la police, ainsi que le Commissaire de police, doivent suivre les directives d’une seule personne. Je ne crois pas qu’il existe un pays au monde où le Premier ministre n’est pas responsable de sa force policière. Nou tan dir ki National Security Service (NSS), ex-NIU, pe rest sou Premie minis. Mais qu’en est-il de l’Adsu, ou encore de la Vipsu ? Komiser polis pa kone kot pou pran lord ! », a martelé Paul Bérenger, qui s’est dit dans l’attente de la publication d’un document à cet effet dans la Government Gazette. « Lerla nou ava gete sipa nou pou al lakur siprem », a-t-il ajouté.

Il a tenu à faire taire les rumeurs concernant une éventuelle alliance avec le MSM. « Je le répète. Il n’y a aucun rapprochement entre le MMM et le MSM. Au contraire ! », a insisté le leader du MMM. Ce dernier a, une fois de plus, laissé entendre que Pravind Jugnauth « n’a pas de mandat pour occuper le poste de Premier ministre ». Il est ensuite revenu sur le procès MedPoint, qui est en appel. « C’est une épée de Damoclès sur la tête de Pravind Jugnauth », a-t-il poursuivi.

Paul Bérenger a réclamé, une nouvelle fois, la tenue des législatives. « C’est le galimacha au sein du gouvernement. La meilleure chose serait la tenue des élections générales dans un délai raisonnable. As at now, le MMM a pris la décision d’aller seul aux élections », a précisé Paul Bérenger.

Concernant un éventuel rapprochement avec le Mouvement Patriotique, d’Alan Gannoo, il a rétorqué : « Li fer zoli ki lafami militan retrouv so linite. An mem tan, nou ena enn devwar de respect envers les mandants de la circonscrpiton no 18 et no 14 ».