Paul Bérenger : «J’avais transmis le message à qui de droit»

Par Cedric Ramasawmy O commentaire
Paul Bérenger

Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) s’est félicité de la destitution de Showkutally Soodhun comme vice-Premier ministre et ministre du Logement et des Terres. Paul Bérenger a affirmé avoir « transmis le message à qui de droit ».

« Pou le moman, mo prefer felisit mwa ki o mwen depi yer se soz fet. Li out ». C’est ce qu’a déclaré Paul Bérenger lors de sa conférence de presse hebdomadaire, à Ébène. Le leader des mauves commentait la destitution de Showkutally Soodhun. Il a expliqué qu’il était bien « tracassé » par la tournure des événements.

« Je dois dire que j’avais transmis le message à qui de droit, par personne interposée, que si nous continuions sur cette décision, le climat risquerait de se détériorer davantage jusqu’à mardi prochain. En sus, si Showkutally Soodhun était toujours en place et que le leader de l’opposition posait une Private Notice Question (PNQ) à ce sujet, ce serait l’heure de tous les dangers. J’étais bien tracassé », a-t-il souligné.

Paul Bérenger a affirmé que le départ de Showkutally Soodhun donnait l’occasion aux parlementaires de se ressaisir. « Depuis quelque temps, la situation a empiré, surtout au Parlement, avec le comportement de certains. Le départ de Soodhun est l’occasion de se ressaisir, à commencer par le Premier ministre Pravind Jugnauth et la Speaker. Un Premier ministre est celui qui donne le ton au Parlement. Ces derniers temps, il fait tout de travers avec ses commentaires et son attitude », a-t-il estimé.

Selon Paul Bérenger, le pays a connu quelques jours difficiles et il tient à féliciter tous ceux qui ont pris position publiquement, dont le cardinal Maurice E. Piat. Le leader des mauves s’en est aussi pris à ceux qui « ont tenté de justifier les propos de l’ancien vice-Premier ministre ». « Je félicite tous ceux qui ont eu le courage de le dénoncer publiquement, mais pas ces quelques personnes qui ont tenté de le défendre. Ce sont des lâches, qui ont essayé de justifier ses propos. Sa, dimoun pou kras lor zot. Mo mem pa anvi sali mo labous pou mansionn zot non », a-t-il déclaré.

Tout au long de sa conférence de presse, Paul Bérenger a indiqué que Showkutally Soodhun s’est « disqualifié » lui-même comme député, mais a précisé qu’il y avait aussi « quatre autres parlementaires qui se sont disqualifiés comme membres de l’Assemblée nationale ». Il cite Ravi Rutnah, Kalyan Tarolah, Raj Dayal et Thierry Henry.

Showkutally Soodhun a, selon le leader du MMM, mis l’unité nationale en péril. « Il était un véritable danger public. » Il s’en est aussi pris au dénonciateur de la vidéo. « Certaines personnes ont véhiculé la vidéo, mais elles ont aussi tenté d’allumer le feu pour troubler la paix sociale. »