Parti travailliste : Arvin Boolell poussé vers le no 18

By Thierry Laurent O commentaire
Arvin Boolell

La direction du Parti travailliste, qui songe déjà aux prochaines élections, veut procéder à une permutation de ses prochains candidats dans les différentes circonscriptions. Arvin Boolell pourrait faire le saut du no 11 (Vieux Grand-Port/Rose-Belle) au no 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes).

Aucune décision officielle n’a été prise. Il semblerait toutefois que la direction du Parti travailliste envisage sérieusement l’idée de transférer Arvin Boolell vers la circonscription no 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes) pour les prochaines législatives.

« C’est une circonscription qui correspond à son profil. Le résultat des élections générales de 2014 est une sérieuse indication qu’il doit quitter le no 11 », explique un cadre du bureau politique des rouges.

Plusieurs membres du parti ont, selon nos recoupements, conseillé à l’ancien ministre des Affaires étrangères d’aller au no 18. Interrogé mardi au téléphone, le principal concerné reste évasif sur la question.

Arvin Boolell indique qu’aucune décision n’a été prise en ce sens. S’il soutient qu’il aura « un grand mot à dire à ce sujet », il précise néanmoins que la décision sera collective.

Il confirme toutefois que les rouges souffrent bel et bien d’un manque de présence dans certaines circonscriptions. « Je suis appelé à combler ces absences », a-t-il confié avant d’ajouter qu’en tant que responsable de l’organisation du parti, il doit veiller à être présent à plusieurs niveaux.

L’ancien ministre des Affaires étrangères se dit aussi conscient que plus d’un espère qu’il sera candidat dans des circonscriptions autres que le no 18. « C’est avec beaucoup d’humilité que je prends note de tout cela. Je suis d’avis que le parti devra mettre toutes ses chances de son côté aux prochaines législatives, en alignant de bons candidats. »

Selon une autre source au sein du parti, si Arvin Boolell est transféré au no 18, il sera le colistier de l’ancien ministre des Finances Rama Sithanen aux prochaines législatives. « Une formule que l’on considère vendable pour la prochaine joute électorale », indique un autre membre de l’exécutif.


Candidature aux législatives

Depuis son entrée en politique active en 1987, c’est au no 11 qu’Arvin Boolell a toujours été candidat. Sa première candidature lui a permis de s’illustrer de belles manières en se faisant élire en première position. Il réédite cette performance aux législatives de 1991 et de 1995. Il doit cependant se contenter de la deuxième place en 2000, où il est devancé par Pravind Jugnauth. Arvin Boolell sera élu en tête de liste en 2005 et 2010. Il n’aura pas cette même chance aux législatives de 2014, obtenant la quatrième place.


Affaire BAI - Les grévistes : «Vers le bout du tunnel» 

« S’il veut négocier qu’il le fasse face à face, mais pas à travers la presse. » Salim Muthy lance cet appel au ministre des Services financiers Sudhir Sesungkur.

Mercredi, trois grévistes ont été délégués pour rencontrer le ministre Sesungkur pour discuter des modalités de remboursement. Toutefois, Salim Muthy affirme que la grève ne  s’arrêtera pas pour autant. « Il faut que le ministre donne la garantie que les détenteurs des polices du Super Cash Back Gold et de Bramer Assets Management seront payés.» Les paiements seront effectués à partir de ce vendredi, a promis  le ministre.

Depuis trois jours, des têtes connues ont défilé au Jardin de la Compagnie : Laina Rawat, Brian Burns, Roshi Bhadain. Mercredi, Alan Ganoo et Atma Bumma, du Mouvement Patriotique, et Arvin Boolell, du Parti travailliste, ont rendu visite aux grévistes. « Nous n’envisageons pas d’action devant la justice, nous voulons simplement que le gouvernement tienne parole », insiste Salim Muthy. Trois grévistes ont dû être hospitalisés mercredi. Ils sont âgés de 67, 58 et 35 ans.