Ordre des médecins : deux «clans» s’opposent au Medical Council

Par Jean-Marie St Cyr O commentaire
Docteur

Le Medical Council est secoué par un sentiment de malaise qui anime certains de ses membres. Ils se posent des questions sur le fonctionnement même de l’instance régulatrice. Ils avaient fondé leur espoir pour un renouveau depuis l’installation des membres du conseil d’administration actuel. Il y a deux « clans » qui s’opposent au Medical Council, selon une source proche du conseil médical. L’un est en faveur du Dr Kailesh Kumar Singh Jagutpal, président et du Dr Keshav Deepchand, Registrar. Compte tenu de la situation, le président avait remis son poste en question et annoncé sa démission, il y a quelques semaines. Mais il est revenu sur sa décision « sous la pression », affirme notre source.

Pour sa part, le principal concerné rétorque qu’il a le soutien de la majorité des membres qui l’ont « encouragé et soutenu à rester pour continuer le bon travail effectué à ce jour », soutient le Dr Jagutpal. Pour lui, il n’y a pas de malaise. « Quatre ou cinq membres ne sont pas satisfaits, non pas du travail du Medical Council, mais en raison de leurs frustrations personnelles. »

Quant au titulaire au poste de Registrar, il n’a pas la faveur de plusieurs membres. Ils souhaitent son départ après qu’il a occupé ce poste depuis 12 ans, soutient une autre source. Mais le Dr Keshav Deepchand n’est pas encore prêt à rendre son tablier. Il nous a confirmé qu’il s’était de nouveau présenté pour assumer le poste de Registrar, et ces à la suite de l’appel à candidatures public lancé il y a quelques semaines à la demande de la majorité des membres. Il est arrivé à échéance le mardi 2 mai. « Il n’y a rien contre moi », a-t-il affirmé au Défi Quotidien.

Une de nos sources proche du dossier nous avance qu’une réunion spéciale du Medical Council se tiendra, le mercredi 10 mai, en vue justement de l’organisation des entretiens. « C’est bien que les choses se fassent rapidement, mais est-ce que cela se fait aussi vite », s’interroge-t-elle. Notre informateur se demande aussi si le Registrar ne va pas de nouveau faire pression pour que son contrat soit de nouveau renouvelé, comme il l’a déjà fait ces 12 dernières années. Pour eux, le renouveau tant souhaité par ceux qui les ont élus ne se fera pas avec lui. « Il est réfractaire aux changements », selon diverses sources.

Nous avons aussi appris que des décisions peu judicieuses ont été prises, ce qui aurait entamé la confiance de certains membres. D’autres déplorent le « favoritisme » que jouirait une aspirante médecin qui a étudié en France. Alors que ses collègues doivent passer par un examen pour pouvoir faire leur internat, son dossier serait traité avec diligence afin qu’elle puisse éventuellement être dispensée de ce concours d’entrée.