Neel Oodhub, fondateur de OneLead : un jeune entrepreneur qui carbure à l’optimisme

Par Vijayan Ayassamy O commentaire
Neel Oodhub

Consultant en marketing et en gestion, Neel Oodhub affiche un optimisme déconcertant pour les affaires. Fondateur de OneLead, il s’est récemment mis à son compte en vue d’aider des start-up ainsi que des petites et moyennes entreprises à s’épanouir.

Issu d’un milieu modeste, Neel Oodhub a démarré sa petite entreprise avec un capital d’un millier de roupies. Aujourd’hui, le Vacoassien brasse un chiffre d’affaires mensuel de Rs 100 000 en moyenne. La clé de sa réussite : son optimisme. « Je voulais devenir avocat. Mais je ne pouvais pas me permettre des études supérieures, faute de moyens financiers. C’est comme cela que je me suis lancé à mon compte. Au départ, mes parents m’ont donné de bons conseils. C’est ainsi que j’ai fondé OneLead », confie Neel Oodhub.

L’entreprise aide des micros et des petites entreprises à démarrer, à sortir de l’anonymat et à durer dans le temps. « Il m’est arrivé d’aider un entrepreneur à réunir un capital pour démarrer sa société. Ce marchand d’achards n’arrivait pas à se lancer alors que ses produits étaient de qualité. Je lui ai prêté de l’argent. Il me le rendra quand il l’aura récupéré », explique la fondateur de OneLead, située à Bramer House, à Ébène.

Visibilité

L’entrepreneur aide aussi les petites et moyennes entreprises, souvent confrontées à un problème de visibilité, à mieux se faire connaître sur les réseaux sociaux et les places commerciales. Neel Oodhub dispose d’une équipe de 14 employés qui est souvent sur le terrain à épauler des entreprises. Le promoteur compte aussi sur l’expertise de huit consultants qui travaillent à temps partiel pour prodiguer des conseils et astuces à ses clients. OneLead collabore également avec le cabinet d’audit PwC et la Chambre de commerce et d’industrie de Maurice. La firme offre aussi des services de formation, de recrutement et de stratégie numérique.

« Nous avons aussi une présence en Malaisie, où j’ai d’ailleurs entrepris mes études en droit. L’année prochaine, quand j’aurai décroché mon MBA, je pourrai offrir des conseils légaux à mes clients. Pour l’instant, je vois un énorme potentiel sur l’Afrique du Sud, vu notre accord avec la Southern African Development Community. J’estime que cette entente n’est pas suffisamment exploitée, notamment au niveau du secteur des services. C’est ainsi qu’on pourra transformer davantage Maurice comme un Dubayy de l’océan Indien. » L’État, fait valoir l’entrepreneur, a des projets sérieux pour développer le port. « Je suis convaincu que nous pouvons développer davantage les activités maritimes afin de le transformer en hub régional, voire international. »

Le fondateur de OneLead estime aussi que les perspectives dans l’entrepreneuriat sont énormes à Maurice, du moment que les jeunes ont de la conviction et l’ambition dans ce qu’ils entreprennent. « J’ai eu l’occasion de visiter des foires et de rencontrer des entrepreneurs. J’ai été surpris par leurs idées et projets. Il suffit qu’ils y croient jusqu’au bout. Nous sommes là pour les aider à optimiser leurs chances avec des perspectives à long terme. »