Navin Kistnah : «Ce n’est pas de sitôt que je rentrerai»

By Ashwin Kanhye O commentaire //
Navin Kistnah

Navin Kistnah affirme à Le Dimanche/L’Hebdo qu’il ne sait pas encore si un mandat d’arrêt a été émis contre lui. Tout de même, sans vouloir révéler de date, il affirme qu'il rentrera au pays.

Les limiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (Adsu) le soupçonnent d’être le cerveau derrière l’importation des 135 kg d’héroïne saisis dans le port. « La police ne m’a pas contacté. Je ne sais pas si un mandat d’arrêt a été émis contre moi. Je ne sais même pas si je suis le suspect no 1 dans cette affaire, comme l’affirme la presse locale », dit-il.

Le courtier affirme qu’il ne compte pas demeurer en Afrique du Sud et qu’il souhaite retrouver sa famille. « Je me sens seul ici. Je ne suis pas un criminel, pour ne pas rentrer au pays, mais ce n’est pas de sitôt que je rentrerai », dit-il. Navin Kistnah clame son innocence : il affirme tout ignorer des 135 kg d’héroïne saisis le jeudi 9 mars dernier par les officiers de la Mauritius Revenue Authority, en collaboration avec l’Adsu.

Qui se cache derrière Navin Kistnah ?

Deux milliards de roupies. C’est la valeur de l’héroïne importée d’Afrique du Sud et saisie dans le port. Navin Kistnah, le principal suspect, a trouvé refuge en Afrique du Sud. Mais qui sont ses complices ?

À Maurice, les limiers de l’Adsu du port poursuivent leur enquête afin de remonter la filière. Au sein de la brigade anti drogue, on est d’avis que Navin Kistnah ne serait qu’un homme de paille dans toute cette affaire. Derrière lui se cacherait une bande organisée à la tête d’un véritable réseau contrôlant une bonne partie du marché de l’héroïne à Maurice.

Les limiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (Adsu), avec à leur tête l’assistant commissaire de police Choolun Bhojoo, directeur général de la brigade anti-drogue, et le surintendant de police Azimah, qui supervise directement cette enquête, sont en présence d’indices indiquant qu’une association serait à l’origine de l’importation des 135 kg de drogue. On évoque les noms de trois prisonniers connus comme trafiquants de drogue et d’hommes d’affaires qui seraient complices.

La police s’intéresse également à un réseau de blanchiment d’argent. à ce stade, deux personnes ont été arrêtées. Il s’agit de Geanchand Dewdanee, un homme d’affaires gravitant dans le milieu politique et proche du MSM, et du ressortissant indien Sibi Thomas. Ils seraient de proches collaborateurs de Navin Kistnah dans des activités d’importation et d’exportation. Mais Gean-chand Dewdanee et Sibi Thomas clament tous deux leur innocence. Traduits en cour, ils ont été inculpés provisoirement de trafic de drogue.

La proximité de  Geanchand Dewdanee  avec le MSM suscite de nombreux commentaires ces jours-ci. Cet homme d’affaires, qui gère plusieurs commerces dans différents secteurs, a été aperçu en plusieurs occasions aux côtés du Premier ministre, Pravind Jugnauth.

Sibi Thomas a, lui aussi, gravité autour de politiciens. Ce ressortissant indien était actif dans le recrutement de travailleurs étrangers à Maurice.