Muvman liberater : Anil Gayan «agacé» par la dernière annonce du ministre Husnoo

By Thierry Laurent O commentaire
Anwar Husnoo et Anil Gayan

La situation au sein du Muvman liberater (ML) reste toujours tendue. Les décisions du ministre de la Santé, Anwar Husnoo, sur divers dossiers, se révèlent être un véritable embarras pour plusieurs membres du Bureau politique.

Anil Gayan et Anwar Husnoo sont-ils arrivés à un point de non retour ? La récente annonce du ministre de la Santé, faite lors d’une marche contre la drogue organisée, dans les rues de Port-Louis, pour les 15 ans de Radio Plus, a clairement jeté de l’huile sur le feu. Le ministre de la Santé, a, en effet, annoncé la réintroduction du traitement à base de méthadone pour les drogués. Une annonce qui vient,  une nouvelle fois, prendre son prédécesseur, Anil Gayan,  à contre-pied. Depuis son installation au ministère de la Santé, au mois de janvier dernier, Anwar Husnoo a annulé trois décisions majeures de son prédécesseur.

Il y a en premier lieu eu la réintroduction de l’autorisation de Private Practice aux médecins spécialistes du secteur public, mesure qui avait été suspendue par Anil Gayan. L’actuel ministre de la Santé s’est aussi fait remarquer sur le cas de l’ancienne directrice du Trust Fund for Specialised Medical Care, Vijaya Sumputh, en révélant au Parlement le montant de son salaire, ainsi que la création d’un comité afin de faire la lumière sur les circonstances qui ont mené au renouvellement de son contrat. Une situation qui a fini par pousser Vijaya Sumputh à la démission.

Au lendemain de l’annonce de la réintroduction de la méthadone, plusieurs sources au sein du ML s’accordent à dire que la situation est embarrassante. Le ministre du Tourisme, Anil Gayan, a selon nos informations, fait part de son « irritation » à certains dirigeants du ML. Il laisse cependant le soin au leader Ivan Collendavelloo de gérer cette situation. D’autres au sein du BP s’interrogent sur les motivations du ministre Husnoo. « A-t-il déjà juré allégeance au MSM ? Ou alors son seul objectif se résume-t-il à marquer des points », s’interroge un membre de cette instance.

Anil Gayan et son leader doivent, pour le moment, jouer la carte de la discrétion, étant pleinement conscient du fait que le ministre de la Santé peut compter sur le soutien du Premier ministre, Pravind Jugnauth. Ivan Collendavelloo qui se trouve, lui, dans une position encore plus délicate en raison de son fauteuil de No 2, doit souffler le chaud et le froid avec ses deux ministres. Il aurait donné des garanties à Anil Gayan que le ministre Husnoo prend le soin de le consulter sur chaque décision importante, en espérant que cela pourra entre-temps aider à décanter la situation.