[Vidéo] Meurtre de Reena Rungloll sur fond de jalousie - L’amant : «J’ai dit une prière, puis je l’ai brûlée»

By Ellvina Nallan, Kendy Antoine O commentaire //
Reena Rungloll

Reena Rungloll, 34 ans, a été tuée par son amant, Jimmy Amlesh Mahadeo, 32 ans. Selon le suspect, c’est une dispute qui a mal tourné le 31 octobre. La mère de famille était avec son amant, quand elle a reçu un message sur son cellulaire.

Reena Rungloll était portée disparue depuis lundi. Son époux Kavi, âgé de 44 ans, avait signalé sa disparition à la police de Saint-Pierre. Selon ses dires, son épouse était partie travailler, mais n’est jamais rentrée.

Arrêté dans le sillage de cette enquête, Jimmy Amlesh Mahadeo, cadre dans une institution financière, explique qu’il entretenait une liaison avec la victime depuis 2008. « Nous travaillions dans la même compagnie à Port-Louis. Elle était mariée, nous sommes devenus amants », avoue-t-il aux enquêteurs. La jeune femme a changé d’emploi, mais ils auraient continué à se voir.

Le jour de la disparition, Jimmy était avec Reena. « J’avais l’habitude de la déposer au boulot. Nous étions dans mon 4x4 à Réduit. À l’avenue Soobia, elle a reçu un message », raconte le suspect à la police. L’amant lui réclame des explications. La situation dégénère. Selon le jeune homme, Reena avait pris un couteau : « Linn rod agres mwa. Monn defann mwa, lerla linn gagn enn kou dan so likou. Inn ariv sa par aksidan », a-t-il indiqué dans sa version des faits. Le suspect aurait demandé à Reena de quitter le toit conjugal pour venir vivre avec lui. Reena aurait refusé.

Un trou de trois pieds

Saignant abondamment, Reena s’est évanouie. « Monn panike », indique Jimmy. Sa maîtresse ne respirait plus. L’amant a voulu effacer toute trace de son acte effroyable. « Je me suis rendu dans un champ à Trianon. J’ai nettoyé le terrain, puis j’ai creusé un trou de trois pieds de profondeur. J’y ai placé le corps, je l’ai recouvert d’un pneu en caoutchouc, de ferraille et d’herbes. J’ai dit une prière, puis j’ai brûlé le corps. J’ai laissé le couteau à ses côtés. Puis, je suis allé travailler ». Après sa journée de travail, il est revenu sur le lieu du crime. « Le corps était complètement calciné. »

Au domicile de Reena, les heures passent et la jeune femme n’est toujours pas rentrée. Ses proches s’inquiètent. Lundi soir, son époux signale sa disparition au poste de police de Saint-Pierre. L’enquête menée par les sergents Rustom et Ramsamy, sous la supervision du DI Cowlessur de la CID de Moka a pris une autre tournure. Les proches de Reena sont convoqués un par un pour y voir plus clair dans cette disparition. Selon Kavi, « Reena n’avait pas l’habitude de quitter le toit conjugal ».

Les policiers devaient apprendre que la disparue entretenait une liaison avec Jimmy Mahadeo. Convoqué par la police, il est interrogé à son tour. Dans un premier temps, il affirme ne rien savoir. La police fouille son véhicule, mardi, ils y retrouveront un ‘Taser’. D’autres appareils de ce type sont saisis à son domicile. « Je me suis rendu en Chine en 2012 pour acheter des meubles. J’ai ramené une boîte de Taser pour me protéger. » Mercredi, il a comparu devant le tribunal de Moka pour possession d’articles prohibés. Il a dû fournir une caution de Rs 5 000.

Les policiers ne lâchent pas prise. Ils soumettent le 4x4 de l’amant à un examen minutieux au ‘blue star’ (luminol), pour faire apparaître d’éventuelles traces de sang. Le résultat s’avérera positif. La CID de Moka débarque alors au domicile de l’amant pour l’interpeller. Confronté aux traces de sang dans son véhicule, Jimmy Mahadeo s’évanouit. Il a été transporté à l’hôpital de Moka, avant d’être conduit dans les locaux de la CID de la région. Longuement interrogé, Jimmy nie d’abord avoir tué Reena. Il est placé en détention.

Vendredi après-midi, le suspect a comparu devant le tribunal de Moka. Il est inculpé de séquestration alléguée. Après sa comparution, de nouveau interrogé, il passe aux aveux. Il sera inculpé de meurtre, lundi.

Le cellulaire du suspect a été saisi par les enquêteurs. Après avoir entendu le récit du crime atroce, les membres de la CID de Moka, de la Major Crimes Investigation Team, du Scene of Crime Office et le médecin légiste, le Dr Maxwell Monvoisin, ont cherché le lieu où l’amant avait abandonné le cadavre de Reena. Après plusieurs heures d’intenses recherches, en présence du suspect, la police a retrouvé le corps complètement calciné de la victime dans un champ à Trianon.

L’enquête, chapeautée par l’inspecteur Cowlessur et le SP Ramgoolam, se poursuit.

Le mari de la victime : «C’est un crime inexcusable»

Chez la famille de la victime, c’est l’incompréhension. Son époux Kavi est effondré. Leur dernière conversation remonte au soir de Divali. « J’étais supposé passer prendre notre fille de 8 ans chez une proche, après le boulot », explique Kavi. « Notre couple avait des problèmes, mais nous étions ensemble pour nos deux enfants. Lundi, après le boulot, Reena n’était toujours pas rentrée. Nous l’avons appelée à plusieurs reprises, mais en vain. Vendredi, la police m’a averti de son décès. C’est inexcusable ce qu’a fait Jimmy », dit-il. Les funérailles de Reena sont prévues ce samedi. Vimal, un cousin de la jeune femme, est sous le choc. Il n’arrive toujours pas à comprendre comment Jimmy a pu tuer sa cousine. « Elle était l’aînée de la famille. Nous avions célébré son anniversaire le 19 septembre. Elle travaillait dans une compagnie offshore au Caudan. C’était une femme joviale. Elle m’avait présenté à Jimmy, me disant que c’était un ami ».