Metro Express : démolition de la maison des Rujubali ce lundi, la compensation à l'étude

Par Nilen Kattany O commentaire

L'ultime tentative de Nooreyajam Rujubali aura été vaine. Cet habitant de La Butte, Port-Louis, a adressé une lettre au ministère des Infrastructures publiques le vendredi 22 septembre pour que la démolition de sa maison soit repoussée. Mais il s'est heurté au refus des autorités. La démolition débutera le lundi 25 septembre 2017 à 10 heures. Concernant l'indemnisation réclamée par Nooreyajam Rujubali, l'avis du parquet a été sollicité.

La lettre de Nooreyajam Rujubali est parvenue au ministère des Infrastructures publiques le vendredi 22 septembre 2017 à 14 heures. La réponse du ministère est datée le même jour mais a été servie à Nooreyajam Rujubali le samedi 23 septembre 2017 aux alentours de 8 heures.

«The Ministry regrets that your request cannot be acceded to», peut-on lire dans la lettre.

Celle-ci est signée par le Senior Chief Executive du ministère des Infrastructures publiques, Swaminathan Ragen.

Nooreyajam Rujubali a été sommé de prendre toutes les dispositions nécessaires pour faciliter les travaux de démolition.

Cette lettre fait également référence à un autre aspect qui a fait polémique. Nooreyajam Rujubali avait publiquement indiqué qu'il est disposé à partir à condition qu'une compensation adéquate lui soit offerte.

Avis du parquet

Le gouvernement lui avait initialement proposé Rs 1,8 million et Rs 1,5 million. Or Nooreyajam Rujubali réclamait lui une somme de Rs 5 millions.

Dans sa lettre au ministère des Infrastructures publiques le 22 septembre 2017, Nooreyajam Rujubali a demandé à être indemnisé. Toutefois, il a été informé par le Senior Chief Executive que le ministère des Infrastructures publiques a sollicité l'avis du parquet sur la question de compensation.

«With regard to your claim for compensation, my Ministry is seeking legal advice from the Attorney General's Office», affirme Swaminathan Ragen dans sa lettre.

Nooreyajam Rujubali avait contesté la démolition de sa maison et celle de sa mère dans le cadre du projet Metro Express. Ces deux maisons se trouvent sur les terres de l’État à La Butte sur le tracé de la ligne de tram, soit le lot 428/2 et 428/3.

La contestation a été portée en Cour suprême devant la juge Rita Teelock par le biais d'une demande d'injonction.

Dans un premier temps, Nooreyajam Rujubali avait obtenu un ordre d'injonction intérimaire. Mais après avoir écouté les arguments des parties concernées dans ce litige, la juge a annulé l'ordre intérimaire et a rejeté la demande de Nooreyajam Rujubali.

La juge avait, compte tenu des circonstances de cette affaire, ordonnée à ce que les travaux de démolition démarrent après le 23 septembre 2017.