Mea culpa : Navin Ramgoolam promet la rupture avec le passé

Par Nilen Kattany O commentaire
Navin Ramgoolam

L’ancien Premier ministre promet de rompre avec le système de gouvernance adopté sous son primeministership si jamais le Parti travailliste (Ptr) reprenait le pouvoir. Navin Ramgoolam participait ce dimanche aux célébrations marquant le 20e anniversaire de la Pailles Senior Citizen Association.

Cette sortie publique a été l’occasion pour Navin Ramgoolam de faire, une nouvelle fois, son mea culpa. Il reconnaît avoir « fait des erreurs parce qu’il est un produit du système. » Il a promis de rompre avec ce système de gouvernance. « Si on gagne les élections, je ferai une véritable rupture avec le passé ».
Il explique que les riches continuent à s’enrichir alors que les plus démunies s’enfoncent dans la pauvreté. «On ne peut poursuivre la politique actuelle. Il faut réaliser cette rupture».

L’ancien Premier ministre a mis en avant l’histoire et l’identité du PTr. Il explique que son parti est né pour défendre les sans-voix. Selon Navin Ramgoolam, Sir Gaëtan Duval voulait intégrer le PTr dans les années 1950, mais certains au sein du parti s’y sont opposés.

Faisant les éloges du parti rouge, Navin Ramgoolam a critiqué ses adversaires, notamment le Mouvement socialiste militant (MSM). «C’est le Parti travailliste qui saura défendre vos intérêts. Certains se disent socialistes, mais travaillent pour le gros capital. Il n’y a de mot socialiste que dans leur nom».

Dream Bridge avorté

L’ancien Premier ministre est revenu sur le parcours politique de feu James Burty David. Il a soutenu que Sir Anerood Jugnauth s’était opposé à la candidature de James Burty David en 1993 et 1987.

Concernant le projet Metro Express, Navin Ramgoolam précise que c’était « son projet ». Toutefois, il souligne que son gouvernement n’aurait pas détruit une seule maison.

Il rappelle que son gouvernement projetait de construire le Dream Bridge dans la circonscription numéro un (Grande-Rivière -Nord-Ouest/Port-Louis Ouest). Toutefois, un membre de l’exécutif du PTr et agent de James Burty David était venu le voir, car il ne souhaitait pas que sa maison soit démolie. « Li dire moi avec boukou lapenn monn ranz sa lakaz la. Gete kouma pou fer pou pa kraze  », affirme Navin Ramgoolam.

L’ancien Premier ministre dit avoir donné des directives à son ministre des Infrastructures publiques d’alors, Anil Bachoo, que soit redessiné le tracé du projet et si ce n’était pas possible, il a exigé l’abandon du projet. «Mo dir si pa kapav retrase, blie proze la. C’est sa, Parti travailliste».


«Pravind Jugnauth veut me copier»

Navin Ramgoolam a égratigné le Premier ministre Pravind Jugnauth. « Je ne suis même pas au parlement et il trouve quand même des choses à redire sur moi. Pravind Jugnauth veut m’imiter, mais il n’y parviendra pas. Dan 10 nesans, li pa pou kapav fer seki monn fer dan enn lavi ».

«Paul Bérenger prépare son alliance»

Navin Ramgoolam répond à Paul Bérenger. Le leader du Mouvement militant mauricien avait déploré la politisation à outrance des événements de La Butte et de Résidence Barkly. L’ancien Premier ministre affirme qu’il ira là où les gens feront face à des problèmes. Quant à Paul Bérenger, Navin Ramgoolam pense qu’il prépare peut-être son alliance avec le Mouvement socialiste militant. «Pourquoi ne peut-on se rendre chez ces gens-là. Que Paul Bérenger reste dans son salon s’il le souhaite !»