Licenciement «injustifié» : renvoyés quatre jours après leur recrutement

Par Reshad Toorab O commentaire
Arshad et Khassifa.

Ils sont renvoyés quatre jours après avoir été embauchés. Arshad, 38 ans et sa cousine Khassifa, veuve de 34 ans et mère d’un enfant, allèguent avoir été licenciés ‘injustement’, mardi. Arshad réclame ses frais de transport. Khassifa souhaite reprendre son poste car, dit-elle, « mon renvoi est injustifié ».

Jeudi 4 mai. Un restaurant de Riche-Terre les recrute : Arshad est affecté à la plonge et à la coupe des légumes. Khassifa devait servir les clients et aider à préparer les pizzas.  Selon le jeune homme, « le travail commençait à 8 h 45 pour finir à 16 h 30. Après, les heures étaient comptées comme overtime. Cela pour un salaire de Rs 7 500, plus un repas offert.

Finalement, tous les jours, on terminait à 22 h 30 et le déjeuner ne consistait qu’en riz, lentille et rougaille saucisses. On nous a dit que c’est à prendre ou à laisser. » Khassifa relate que le dimanche 7 mai, alors qu’elle garnissait les pizzas de fromage à la cuisine, une employée, qui retirait les pizzas du four, a touché ma main avec un ustensile brûlant.

« J’ai crié quand elle m’a touché. J’ai souffert d’ampoules à la main et j’ai poursuivi ma tâche. Lundi, nous étions ‘off’, mais mardi, le gérant a décidé de ne plus nous prendre », proteste Khassifa.

« Le prétexte : j’ai crié fort dans le restaurant quand ma main a brûlé. » Les deux nouveaux n’ont reçu qu’un chèque de Rs 1 475 pour cinq jours de travail, sans overtime. Ils ont porté plainte au Bureau du Travail pour renvoi injustifié. Le bureau a donné rendez-vous au gérant, le 24 mai, pour venir s’expliquer et trouver un terrain d’entente.

Sollicité pour une réaction, le gérant a répondu qu’il y avait « un manque d’adaptation entre les anciens employés et Khassifa et Arshad, qui se plaignaient de leurs conditions de travail. D’où la décision de se passer de leurs services ».