[Vidéo] Les Zimbabwéens célèbrent la chute attendue de Robert Mugabe

Par DEFIMEDIA.INFO . O commentaire

Des dizaines de milliers de Zimbabwéens ont envahi, ce samedi 18 novembre, les rues de Harare en chantant, en dansant et en serrant les soldats dans un élan d'exaltation extraordinaire à la chute attendue du président Robert Mugabe, qui a dirigé ce pays les 37 dernières années.

Mugabe, le seul dirigeant que le Zimbabwe ait connu depuis son indépendance de la Grande-Bretagne en 1980, a été enfermé dans son somptueux pavillon bleu, d'où il a vu le soutien de son parti Zanu-PF, les services de sécurité et les gens s'évaporer dans le sillage d'une prise de pouvoir militaire mercredi.

Dans les rues de la capitale, les Zimbabwéens ont laissé libre cours à leurs émotions en parlant de changement politique et économique après deux décennies de répression et d'aggravation des difficultés.

«Ce sont des larmes de joie», a déclaré Frank Mutsindikwa, 34 ans, brandissant le drapeau zimbabwéen. «J'ai attendu toute ma vie pour cette journée. Enfin libre. Nous sommes enfin libres.»

Certains brandissaient des pancartes en lisant «Non à la dynastie Mugabe» et brandissant leurs poings en l'air en signe de liberté. D'autres ont embrassé les soldats qui ont pris le pouvoir en criant «Merci! Merci!» dans des scènes impensables il y a encore une semaine.

«Ce sont nos dirigeants maintenant», a déclaré Remember Moffat, 22 ans, brandissant une photo du commandant de l'armée Constantino Chiwenga et Emmerson Mnangagwa, l'ancien vice-président dont le limogeage de ce mois précipita l'intervention militaire. «Mon rêve est de voir un nouveau Zimbabwe. J'ai seulement connu ce tyran appelé Mugabe toute ma vie.»

Le ZANU-PF au pouvoir a appelé vendredi à la démission de Robert Mugabe, a rapporté le journal officiel The Herald, dans un message clair indiquant que l'autorité du dirigeant de 93 ans a disparu.

Mugabe est admiré par certains en Afrique comme un homme d'état aîné et un héros anti-colonial. Mais beaucoup d'autres, le dénigrent comme un dictateur heureux de recourir à la violence pour conserver son pouvoir et diriger une économie autrefois prometteuse.

The Herald, un porte-parole normalement loyal de Mugabe, a déclaré que les sections de la ZANU-PF dans les 10 provinces demandaient également la démission de l'épouse de Mugabe, Grace, dont les ambitions de succéder à son mari ont indigné l'armée et une grande partie du pays.

Un membre important du ZANU-PF a déclaré à Reuters que le parti voulait que Mugabe soit éliminé et qu'il ne tolérerait pas de traîner les pieds.

«S'il devient têtu, nous ferons en sorte qu'il soit renvoyé dimanche», a déclaré la source. «Quand cela est fait, c'est la mise en accusation mardi.»

Il est à noter que l'armée a fait de son mieux derrière la «marche de solidarité» de samedi, dans le cadre d'une tentative apparente de donner à son recours à la force un vernis de soutien populaire massif pour éviter le retour diplomatique qui suit normalement les coups d’État.

Source: Reuters