[Vidéo] Les squatters face à l’insalubrité et l’insécurité

Par Christopher Sowamber O commentaire
Yvonne Bellefine

Les conditions dans lesquelles vit Yvonne Bellefine à Cité La Cure sont loin d’être saines, pour ne pas dire qu’elles sont terribles. Elle aura bientôt à quitter le lieu en raison du projet Metro Express. Elle souhaite se réinstaller à Pointe-aux-Sables.

Agée de 36 ans, Yvonne vit séparée de son époux depuis 13 ans. « J’ai cinq enfants à ma charge. J’ai une fille âgée de 18 ans et un fils de 14 ans. J’ai également recueilli les enfants de ma défunte sœur, décédée d’un cancer, il y a plusieurs années de cela. » Yvonne confie que c’est sa mère qui a assumé la responsabilité de ses neveux et nièces.

« Mais après le décès subit de ma mère, il y quatre ans, j’ai décidé de recueillir les trois enfants de ma défunte sœur. Ils sont âgés de 17, 15 et 13 ans respectivement. « La benjamine de la famille est atteinte d’un handicap. Elle fréquente l’établissement spécialisé de l’Association des Parents d’Enfants Inadaptés de l’Ile Maurice », explique-t-elle.

Situation financière extrême

Selon la mère de famille, elle souffre du diabète. « Je ne peux donc me permettre de travailler tous les jours en raison de mon état. Ce qui fait que ma situation financière n’est pas stable. Nous n’avons pas grand-chose à la maison. Quelques fois nous avons de quoi manger, d’autres jours non » relate-t-elle tristement. De plus, faute de moyens financiers, elle ne peut faire réparer le toit de sa maison qui est troué et qui menace de s’effondrer. « Avec l’eau qui s’est infiltrée, le bois pourri ne tiendra plus longtemps.»

Un malheur ne venant pas seul, en raison de factures impayées, l’approvisionnement en eau et la fourniture électrique ont été supprimés.

« Cela fait très longtemps que nous vivons dans le noir. Nous nous éclairons à la lueur des bougies. Avec tous les risques que cela comporte. Il y a quelques semaines, il s’en est fallu de peu pour que notre maison parte en fumée. Ce sont les voisins qui ont donné l’alerte en voyant une fumée s’échapper de la maison. Les enfants dorment à cinq sur un lit unique, tandis que moi je me contente d’une place sur le canapé », confie Yvonne.

Yvonne Bellefine lance un appel afin qu’elle puisse trouver les moyens de reconstruire sa maison sur un terrain obtenu à Pointe-aux-Sables. « Nous devrons quitter les lieux sous peu, nous avons jusqu’à la fin septembre pour le faire. Nous n’avons pas reçu de compensation du gouvernement pour rebâtir notre logement », ajoute-t-elle. Elle lance donc un appel à la générosité du public pour obtenir des feuilles de tôle et du bois pour se reconstruire un toit. Ceux qui veulent aider peuvent s’adresser à la rédaction d’Xplik ou K sur le 211 12 13.