L’éducation sexuelle dans les écoles se fait attendre

Par Le Dimanche /L' Hebdo O commentaire

L’éducation à la sexualité est essentielle dans la construction de la personne. Plusieurs études démontrent que les vidéos pornographiques peuvent avoir un impact négatif sur la sexualité des jeunes. Cependant, l’éducation sexuelle est toujours inexistante dans le primaire et le secondaire du secteur public.

« Hey, Kevin so video la top sa… ena ankor la, to pann guet clip Sanjana dan interview. » C’est en ces termes que ce groupe d’élèves de Form IV parle des clips pornographiques circulant depuis quelque temps. Selon Dishan, il suffit d’envoyer un message à son ami pour qu’il mette la main sur le clip qu’il veut voir. « C’est gratuit et je suis curieux de voir ce qui se passe sur ces vidéos. J’ai un package Internet sur mon smartphone et je n’ai qu’à télécharger les clips quand je veux. Je dois avouer qu’on peut apprendre beaucoup de choses ».

« Sur dix élèves, il n’y a que deux dont les parents ont déjà abordé la question avec eux. Tout porte à croire que c’est un sujet encore tabou dans beaucoup de maisons »

L’école n’a pas que la mission d’éduquer. Elle initie aussi à la santé, à la citoyenneté et à la sexualité. Nous sommes dans l’ère 2.0 et les clips pornographiques ne passent pas inaperçus. Par curiosité ou pour diverses autres raisons, en un clic, les jeunes sont exposés à des scènes qui ne leur étaient pas forcément destinées. Si du côté du ministère de l’Éducation, on laisse entendre qu’on travaille sérieusement de concert avec tous les partenaires concernés sur l’éducation sexuelle dans les écoles, plusieurs parties prenantes de ce secteur ne partagent pas cet avis.

Vishal, enseignant dans un collège d’État, raconte que les clips circulent à longueur de journée dans l’établissement. Selon lui, c’est triste que rien ne soit fait pour les prévenir des risques en matière de sexualité.

« Ils sont curieux et précoces. Ils veulent tout expérimenter à leur âge. En les punissant ou en confisquant leur smartphone, on ne les aide pas vraiment. Ces élèves ont besoin d’un encadrement, car tout va si vite qu’on a tendance à ignorer que les implications peuvent être conséquentes. Comprendre son corps est important et cela, le plus tôt possible. Étant un jeune enseignant, j’arrive à aborder ce sujet avec mes élèves, mais je constate qu’ils ne savent pas grand-chose sur la sexualité. Sur dix élèves, il n’y a que deux dont les parents ont déjà abordé la question avec eux. Tout porte à croire que c’est un sujet encore tabou dans beaucoup de maisons. Pourtant, les clips sont partout et les élèves ont même un réseau pour partager ces vidéos », explique-t-il.


Karuna Rajiah, du MIE - Action familiale : comprendre la différence entre le sentiment d’amour et l’amour lui-même

L’ONG Action familiale propose une série de cours en formation humaine et en éducation sexuelle à l’intention des écoles, des collèges, des groupes extrascolaires et auprès des jeunes déscolarisés.

« Des sessions d’écoute et de conseils sont proposées aux adultes et aux jeunes. Nous avons récemment touché plus de 700 élèves, filles et garçons de la Form III à la Form V. Il est important qu’ils comprennent la différence entre le sentiment d’amour et l’amour lui-même. Bon nombre de jeunes sont envahis par le monde pornographique aujourd’hui. Pour la conférence de Thérèse Hargot, nous allons dans les écoles opérant avec un cursus français et dans les écoles catholiques. Plusieurs thèmes ont été choisis, tels que Comment parler à une jeunesse sexuellement libérée ? et L’impact de la pornographie sur la société aujourd’hui... Pour les jeunes de 20 à 30 ans, le thème est Fidélité : l’amour durable, est-ce possible pour moi ?  Il y a aussi un livre écrit par Thérèse Hargot : Une jeunesse sexuellement libérée, fait ressortir Karuna Rajiah.


Preety Ramjuttun : «Certains élèves n’hésitent pas à faire des scènes obscènes devant nous»

La Public Relations Officer de la Government Secondary School Teachers Union, Preety Ramjuttun, parle des difficultés auxquelles les enseignants doivent faire face pour affronter ce problème dans les collèges. Elle nous explique qu’il n’y pas vraiment d’initiation à l’éducation sexuelle dans les collèges d’État. Bien qu’il y ait des sessions de travail avec la brigade des mineurs.

« J’estime qu’il devrait y avoir un suivi. Cependant, les enseignants doivent souvent faire face à des situations assez délicates. Certains élèves n’hésitent pas à faire des scènes obscènes devant nous et nous ne savons pas comment réagir face à cela.

« Nous ne pouvons plus attendre que les jeunes fassent des erreurs pour réagir. En tant qu’enseignants, nous essayons de communiquer avec eux »

Par exemple, il y a eu un cas où l’élève se masturbait devant une enseignante. Ce n’est que quand la direction lui a expliqué qu’il ne devrait pas agir ainsi qu’il a compris. Pourtant, c’est quelque chose qu’on aurait pu prévenir.

Nous sommes conscients qu’ils sont curieux, mais avec un encadrement approprié et des informations précises, on pourrait éviter de telles situations. Aujourd’hui, chaque enseignant doit trouver la formule qui lui convient pour surmonter les difficultés », indique-t-elle.

Elle comprend qu’il n’y ait pas vraiment un créneau qui puisse être alloué à la classe d’éducation sexuelle, mais cela aurait pu être fait chaque semaine pendant les classes d’activités et avec des personnes formées.

« Ces dernières ont les techniques et l’approche pour parler aux jeunes. Nous ne pouvons plus attendre que les jeunes fassent des erreurs pour réagir. En tant qu’enseignants, nous essayons de communiquer avec eux. Il nous arrive de nous renseigner sur les clips pornographiques qui circulent pour mieux les comprendre.

Ce n’est pas en les tyrannisant ou en les punissant qu’on arrivera à maintenir la discipline. Il faut trouver le juste équilibre entre l’autorité et une approche amicale. Et cela ne concerne pas uniquement les garçons, mais aussi les filles. Ces dernières sont, elles aussi, très exposées à la pornographie. Toutefois, il est important d’avoir la collaboration des parents pour réussir à passer le message », ajoute-t-elle.


Beeharry Panrey : «Une bombe à retardement»

Beeharry Panrey, de l’Education Officers Union, est d’avis que l’introduction de l’éducation sexuelle devrait se faire au plus tard au Grade 7. Pour lui, avec la Nine-Year Schooling, les académies seront des écoles mixtes et ce sera encore plus difficile de gérer, si on ne met pas une structure appropriée en place.

« Si on ne prend pas les choses en main, cette bombe à retardement va bientôt exploser. Avec l’accès facile aux réseaux sociaux, les jeunes sont exposés à toutes sortes d’informations. Les parents, de leur côté, estiment qu’ils peuvent se contenter d’aller déposer et prendre leur enfant aux leçons particulières et leur donner un smartphone pour combler leur absence », indique-t-il. 

Pour lui, le privé fait un travail formidable en initiant les enfants dès leur jeune âge à la sexualité. De plus, quand il y a un quelconque problème, l’administration peut prendre une décision dans immédiatement. Actuellement, il y a des dérapages dans plusieurs collèges d’État. C’est uniquement pendant les classes de biologie que les élèves prennent connaissance de certaines choses comme ils le devraient. Et ce n’est pas suffisant. Des échanges entre amis permettent aussi aux jeunes d’avoir des bribes d’information.


Vinod Seegum : «La curiosité gagne du terrain dans le primaire»

Le président de la Government Teachers Union (GTU), Vinod Seegum, déplore le fait que les autorités concernées ne réalisent pas que le primaire a du retard sur l’introduction de l’éducation sexuelle. Bien que le smartphone ne soit pas vraiment répandu dans les écoles primaires, le président de la Governement Teachers Union estime que les problèmes qui existaient dans les collèges auparavant se transposent au primaire. « S’il y a quelques années, seuls les collégiens s’intéressaient à la pornographie, aujourd’hui la curiosité gagne du terrain dans le primaire. Avec l’évolution de l’Internet, c’était inévitable qu’on allait faire face à une telle situation », estime-t-il.

Il précise que la GTU a demandé, depuis belle lurette, aux autorités concernées qu’il y ait des personnes spécialisées dans l’éducation sexuelle qui viennent dans les écoles primaires pour parler aux élèves, mais rien n’a été fait jusqu’ici.

« Il y a quelques années, le personnel de la Mauritius Family Planning & Welfare Association (MFPWA) venait dans les écoles pour des sessions d’éducation sexuelle. Il utilisait des vidéos et il y avait aussi les médecins qui les accompagnaient. Les enseignants du mainstream ne peuvent pas prendre cette responsabilité, car ils n’ont pas les compétences pour cela », relate-t-il.

Aujourd’hui, dans le cadre de la réforme éducative, la GTU estime qu’il est temps de prendre cela au sérieux. « On nous a fait comprendre que ce sont les Holistic Teachers qui s’en chargeront, mais c’est sera encore une fois un échec. Comment peut-on demander à ces derniers d’enseigner la Physical Education, la musique, le théâtre, ainsi que l’éducation sexuelle ? Le ministère de l’Éducation semble faire abstraction d’un point important. C’est à cet âge que ces enfants ont besoin des cours à ce sujet. Si l’on ne remédie pas à ce problème dans les plus brefs délais, la situation risque d’être intenable. Le ministère pourrait essayer d’inclure l’éducation sexuelle dans le cursus scolaire, même comme un projet pilote ».


Gilberte Chung : «Il y a une invasion d’images»

L’enseignement de l’éducation sexuelle est de mise dans les écoles du Service diocésain de l’éducation catholique (SeDEC, anciennement BEC) que ce soit au primaire ou au secondaire. Les enseignants sont formés pour éduquer les élèves jusqu’à la Form III. C’est ce que nous confirme Gilberte Chung, présidente du SeDEC.

« En effet, notre programme est divisé en deux parties : éducation à l’affectivité et à la sexualité, car cela va de pair. Pour le primaire, le programme est intitulé Que c’est beau la vie, alors que pour le secondaire, c’est Au mystère de la vie. Je suis très satisfaite des retombées. Éduquer ces jeunes est primordial, car les informations à leur portée ne sont peut-être pas de bonnes sources. Il faut leur apprendre à gérer tout ce qui se passe sous leurs yeux. Il y a une invasion d’images et la facilité avec laquelle ils les découvrent est incroyable », dit-elle.