Le vrai syndicalisme mauricien est mort, vive le syndicalisme!

Par Suttyhudeo Tengur O commentaire

Que n’a-t-on pas entendu durant la dernière semaine comme commentaires de la part de nos syndicalistes sur les propositions au sujet de la compensation salariale pour 2018 et du salaire minimal qui sera introduit à partir de janvier prochain ! Ils étaient venus avec de grands agendas à ces deux réunions pour « kas pake », mais à la fin, ils ont tous courbé l’échine devant le Premier ministre en affirmant devant les caméras de la télévision nationale et dans les autres médias « que Pravind Jugnauth avait raison dans ses propositions sur ces deux sujets ».

D’abord, la compensation salariale. Les négociations avec le gouvernement ont commencé sur la base de Rs 360. Les débats ont porté sur cette somme et la conclusion, à laquelle nos syndicalistes sont partie prenantes, est restée sur Rs 360. Alors qu’entre eux, ils avaient parlé d’adopter une position commune portant sur un montant de Rs 600 à Rs 720. Ils disaient même qu’ils n’allaient pas accepter moins de Rs 720. Pravind Jugnauth a proposé Rs 360. Ils ont répondu : « Oui, monsieur. »

Devant les médias, surtout les caméras de la télévision nationale, nos vaillants syndicalistes ont répété des choses telles que « le Premier ministre nous a fait comprendre que le contexte international était difficile » ou encore que « le gouvernement avait deux projets importants en faveur des travailleurs, à savoir la Negative Income Tax et l’introduction du salaire minimal ». Nos syndicalistes peuvent-ils nous dire quand et en quelle année la situation économique internationale ou encore locale était facile ? Et que le gouvernement et le patronat ont accordé une bonne compensation aux travailleurs pour améliorer leur pouvoir d’achat ? Jamais. Il a tout le temps fallu lutter pour avoir des miettes. L’année prochaine, les travailleurs auront toujours des miettes avec les Rs 360.

Au sujet du salaire minimal, il faut savoir que depuis que la première réunion de ce comité a été fixée, le chiffre avancé était de Rs 8 500. Il y a eu plusieurs réunions et les syndicalistes parlaient d’un montant de Rs 19 000 ou de Rs 20 000 dans les médias. Mais à la fin, la proposition est restée à Rs 8 500. Which is which ?

Au National Wage Consultative Council, ils ont fait un walk-out, disant qu’ils n’étaient pas d’accord avec les Rs 8 500. Pourtant, c’est bien ce chiffre qui est maintenu. Les travailleurs n’auront pas un sou de plus. Là aussi, dans les médias, ils parlent de victoire car, selon eux, ils ont pu faire ajouter la compensation salariale de Rs 360 au montant du salaire minimal. Peanuts !

Nos syndicalistes sont plus intéressés à voir leurs photos dans la presse. On n’a pas la trempe des syndicalistes d’autrefois, qui ont disparu. Ceux d’aujourd’hui ne sont bons que pour se mettre debout devant les caméras de la MBC et de faire les éloges du gouvernement. Sont-ils à sa solde ?