Le PMSD s’attaque à Boolell, Juddoo et Diolle, mais snobe Bhadain

Par Vel Moonien O commentaire

Alliés d’hier, ennemis d'aujourd’hui.

S’adressant aux habitants de Cité Beau-Séjour, à Quatre-Bornes, le candidat des Bleus Dhanesh Maraye a affirmé que le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) a quitté le gouvernement en 2014 « par principe » car celui-ci offrait des « faveurs à des copains-copines ».

C’est l'argument qu'il a sorti pour critiquer son rival Arvin Boolell. 

De son côté, le leader du PMSD Xavier-Luc Duval a jugé « honteux » que le candidat  du Parti travailliste se montre avec les membres de la Voice of Hindu.

En ordre d’importance, les deux hommes s’en sont pris au PTr, au Mouvement militant mauricien (MMM) et au Mouvement patriotique (MP).

Xavier-Luc Duval a rappelé que Roshi Bhadain du Reform Party n’est jamais descendu sur le terrain pour rencontrer ses mandats lorsqu’il était ministre de la Bonne gouvernance « car trop occupé à démanteler la BAI » et que Nita Juddoo « n’est que de passage », car elle doit migrer vers une autre circonscription.

Dhanesh Maraye s’en est, lui, pris à Tania Diolle en déclarant qu’elle risque de démissionner comme député si jamais elle est élue.

À l’aube des 50 ans de l’Indépendance, le candidat des Bleus indiqué qu’il compte apporter des amendements constitutionnels afin que n'importe quel Mauricien puisse aspirer à être Premier ministre.