Le canard laqué : un délice chinois

Par Fateema Capery O commentaire
canard laqué

Plus besoin d’aller au restaurant pour profiter d’un canard laqué. Georges Chung propose ce mets sur commande, et livre à domicile. Dans quelques semaines, il lancera le site www.mycanardlaque.com.

Un an après avoir lancé ses services, Georges Chung innove en proposant le canard laqué sur commande, à travers son site www.mycanardlaque.com. Le site sera lancé dans un mois, mais en attendant, Georges Chung fidélise déjà les amoureux du canard laqué. « C’est un produit qui n’est pas accessible partout. Il n'est que disponible dans certains restaurants chinois, notamment à Port-Louis et à Grand-Baie. J’ai voulu, à travers ce site, rendre le canard laqué plus accessible. On peut maintenant déguster ce plat chez soi, car on assure la livraison », explique Georges Chung.

Il faut, par contre, commander douze heures en avance. « Il faut un délai de préparation, car tout se fait suite à la commande. On ne prépare rien en avance », souligne-t-il. Une fois le canard préparé, la peau doit être séchée pendant environ cinq à six heures et est enduit d’une couche de miel. En sortant du four, le canard est prêt à être dégusté. On sait que le canard est prêt quand la couleur devient rouge-brune, avec une chair délicate et une peau croustillante.

Ce plat est surtout apprécié pour son goût et ses accompagnements. En effet, le canard laqué est présenté avec des crêpes préparées à la vapeur, ainsi que des légumes notamment des carottes, des concombres et de la queue d’oignon ainsi qu’une sauce de soja. Pour ce qui est du coût d’un canard laqué, Georges Chung explique que le tarif peut varier mais le minimum, pour quatre à six personnes, il pourrait être à partir de Rs 1 300, avec les accompagnements. Le frais de la livraison n’est toutefois pas inclus. Par contre, après avoir découpé le canard laqué en lamelle Georges Chung prépare une soupe avec les restes et elle est également livrée au client.


Recette

Le canard laqué fait-maison

Ingrédients
1 canard
1 cuillère à café de sel
1 cuillère à soupe de cinq épices
5 cl de sauce soja
5 cuillères à soupe de vinaigre blanc
2 cuillères à soupe de vin aromatisé
2 cuillères à soupe de maïzena
2 gousses d’ail, écrasées et finement hachées
10 g de levure

Préparation :

Nettoyez le canard et mettez dans de l’eau bouillante pendant au moins 30 secondes avant de laver et essuyez l’intérieur et l’extérieur avec des serviettes en papier.

Ensuite, il faut faire des trous dans la peau et dans les muscles du canard pour une meilleure adhésion de la laque.

Pour préparer la laque, il faut mélanger minutieusement tous les ingrédients dans un bol.

Dans un plat creux, posez le canard et arrosez avec la laque. Il faut aussi verser un peu de laque dans la cavité pour parfumer l’intérieur du canard.

Laissez mariner le canard pendant au moins cinq heures, voire six heures, tout en retournant régulièrement et en l’arrosant de la laque de temps en temps.

En effet, après la première heure, il faut badigeonner le canard toutes les dix minutes avec le reste de la laque. Au cas où la laque n’est pas assez, il est aussi possible d’ajouter un peu de miel. Cela va aider au canard d’avoir un joli glaçage.

Bon à savoir

La sauce soja : la star de la cuisine asiatique

C’est le produit le plus utilisé dans la cuisine asiatique. En effet, la sauce soja vole la vedette. Et, contrairement à d’autres sauces, qui sont souvent trop grasses ou trop sucrées, la sauce soja est elle en tête de liste des sauces qui sont à utiliser sans grosse crainte. La sauce est réalisée à partir de graines de soja fermentées et on retrouve différentes variétés, selon les pays. La sauce soja en Chine est le « jiangyou » et celle du Japon est le « shoyu ». D’abord, l’une des raisons qui poussent les asiatiques à inclure cette sauce dans pratiquement tous leurs plats est qu’elle est très pauvre en calories. Par exemple, 100 grammes de sauce soja ne comprennent que 62 calories. Elle est dix fois moins calorique que la mayonnaise. Aussi, la sauce soja se digère très facilement. Dans un bouillon, la sauce va aider à stimuler la sécrétion des sucs gastriques. Et les recettes dans lesquelles la sauce est très présente sont, entres autres, la soupe shoyu ramen et la soupe de nouilles japonaises au bouillon de soja.