Lannate à la prison : Siddick Islam entendu par le CCID

Par DEFIMEDIA.INFO . O commentaire
Siddick Islam

Deux semaines après la découverte de Lannate sur le trafiquant de drogue Siddick Islam à la prison de Melrose, une escouade du Central CID a débarqué à la Eastern High Security Prison, lundi. Les enquêteurs ont procédé à l’interrogatoire du condamné Siddick Islam, alias Nerf. Ce caïd a été invité à s’expliquer sur la provenance du Lanatte retrouvé sur lui.

Mais selon nos recoupements, Siddick Islam ne s’est pas montré coopératif avec les enquêteurs. Il leur a demandé de prendre les actions nécessaires suite à ses déclarations au moment de la découverte. Il avait allégué que le commissaire des prisons Vinod Appadoo lui aurait remis cette substance pour éliminer d’autres détenus à la prison de Melrose. Vinod Appadoo avait nié ces allégations.

Le Forensic Science Laboratory (FSL) a confirmé qu’il y avait 1,2 gramme de Lannate sur les 28 grammes de poudre retrouvés sur le détenu.  En fin de semaine, il a été transféré à la Segregation Unit de la prison de Beau-Bassin.

Lors de son transfert il a proféré des menaces à l’égard d’un assistant surintendant de la prison.  « Monn tir enn bom lor zot CP mo pe prepar enn bom pou zot osi », aurait-il lancé en faisant référence aux surveillants. 

Siddick Islam purge 30 ans de prison

Siddick Islam alias Nerf purge une peine de 30 ans de prison pour trafic de drogue. Il fut trouvé coupable pour tentative de prendre possession de 2 kg d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 20 millions. Siddick Islam, issue de Terre-Rouge est considéré comme l’un des plus grands trafiquants de drogue du pays. Il serait à la tête d’un réseau bien organisé.  Siddick Islam a été entendu par l’ancien juge Paul Lam Shang Leen lors des travaux de la Commission d’enquête sur le trafic de drogue.

La mère de Nerf et sa bru envisagent une grève de la faim

Naserah Vavra, l’épouse de Siddick Islam et la belle-mère de ce dernier envisagent de faire une grève de la faim en protestation aux traitements infligés au détenu. Avec des proches, elles ont cherché à rencontrer le président de la Commission d’enquête sur la drogue, Paul Lam Shang Leen, afin de demander à ce que les droits de Siddick Islam soient respectés. Elles ont débarqué à la commission vers 14 h 30, le lundi 7 août et sont reparties sans pouvoir faire entendre leurs doléances. « Mo garson finn depoz divan komisyon ek aster so lavi an danze. Zot finn menass li ar revolver ek touff li ar lorye dan prison. Kifer nou pa kapav koz ar komisyon. Kot la zistiss », a déclaré Afroz Emrith, la mère de Siddick Islam. Quant à Naserah Vavra elle dit que son mari vit un véritable enfer depuis qu’il a déposé devant la Commission. Elle envisage, elle et ses proches, de faire une grève de la faim si les autorités continuent de faire la sourde oreille.  « Si bizin mor nou pou mor dan enn la grev de lafin ziska nou gayn la zistiss », intervient la mère de Siddick Islam.