La World Scholar's Cup à Maurice

By Mélanie Valère Cicéron O commentaire
World Scholar's Cup

L’Imperial College de Curepipe a accueilli la première World Scholar’s Cup à Maurice, les 11 et 12 avril. Plus d’une centaine d’étudiants ont pris part à cette grande compétition de débat. C’est le Collège du Saint-Esprit qui a remporté la Mauritius Round.

Fondée par Daniel Berdichevsky, la première World Scholar's Cup a eu lieu en Corée en 2007. Cette compétition regroupe plus de 3 000 étudiants de 50 pays chaque année. La World Scholar's Cup est une activité enrichissante qui permet aux étudiants de démontrer leurs forces et de découvrir de nouvelles.

Le thème cette année était : un monde improbable. Les étudiants étaient appelés à débattre sur les différents sous thèmes : Special Area : Modern Mythologies, Science & Technology : To Shoot for the Moon, History : History of Conspiracy, Literature : Voices of the Almost Impossible, Art & Musico : Fragments of an Improbable Universe, Social Studies : Predicting the Future.

Chaque équipe débat trois fois, sur les propositions de tous les sujets, de la politique à la poésie. Chacun a jusqu’à quatre minutes pour parler. Mais d’abord, 15 minutes sont offertes pour rechercher les arguments, avec un accès complet à Internet. Le débat est une chance d’appliquer tout ce qui est appris pour être le plus convaincant possible. Après chaque débat, l’avis de l’autre équipe sur la façon d’améliorer est donné.

Une finale mondiale réunit les équipes pour un « Global Round ». Elle se tiendra pour la première fois à Hanoï, au Vietnam National Convention Center. Toutes les équipes participantes pourront postuler ou même être préqualifiées pour le tournoi des champions de fin d’année à l’Université de Yale.

Que pensez-vous de la World Scholar’s Cup ?

Ryan Léveillé – Collège du Saint-Esprit

Je pense que la compétition est vraiment spéciale. J’ai participé à plusieurs autres compétitions telles que la MUN, les Elocutions Contests, English Speaking, mais ces complétions sont très spécialisées. À mon avis ce n’est pas cela qui complète un étudiant. La World Scholar’s Cup est un bel exemple de la multitude de choses qui complète un élève, car on est appelé dans cette compétition à participer dans tous les débats sur les différents sous thèmes en étant créatif. Je trouve cela admirable.

Tatiana Toussaint - Collège Saint-Nicolas

Je suis très contente d’avoir participé à cette compétition, d’autant que je suis la seule fille de mon collège à y avoir pris part. La World Scholar’s Cup m’a permis d’apprendre de nouvelles choses et de faire de belles rencontres. Je tiens aussi à dire que c’est la première fois que je participe dans une telle activité et cela m’a permis de me découvrir et surtout de me dépasser. J’ai appris beaucoup de bonnes choses sur moi. Je regrette que les autres filles de mon collège n’aient pas participé à la compétition, car c’est une expérience très enrichissante.

Axel Mussoodee - Imperial College

Je trouve que je suis vraiment chanceux de prendre part à une telle compétition qui regroupe plusieurs pays. C’est aussi une très bonne façon de montrer que les jeunes d’aujourd’hui ne font pas que des bêtises. Nous prenons aussi part dans des activités internationales. Nous avons eu à travers cette compétition la chance de faire quelque chose de constructif. J’espère que durant les années à venir, il y aura beaucoup plus d’étudiants dans la compétition. C’est sûr ils en sortiront gagnants.

Yidisha Sarathee – Hindu Girls College

Je n’avais jamais entendu parler de la compétition et quand l’école nous a demandé de participer, j’étais un peu pessimiste, car je ne savais pas à quoi m’attendre. Mais après avoir participé dans les différents débats, je dois dire que j’ai beaucoup appris, surtout j’ai plus confiance en moi et je suis plus spontanée. J’ai vraiment aimé la compétition dommage que je suis en Upper cette année, mais mes amis de la Lower Six vont certainement y participer l’année prochaine.

Siksha Dewoo - Hindu Girls College

Je crois que mes amis ont déjà abordé le fait qu’on ait beaucoup appris, mais j’aimerais ajouter qu’on s’est aussi très bien amusé pendant la compétition. D’ailleurs l’idée derrière la compétition est d’apprendre tout en s’amusant et c’est effectivement ce que j’ai vécu avec mes amis. J’ai aussi fait de belles rencontres.

Gaurav Lakhani - Imperial College

C’était mieux que ce que je m’étais imaginé. Au début je ne voulais pas prendre part dans la compétition ensuite j’ai accepté par curiosité. Je suis d’ailleurs allé sur le site web de la World Scholar’s Cup et j’étais vraiment étonné de la grandeur du projet. Je ne dis pas compétition, car pour moi c’est beaucoup plus que cela. Nous avons appris de bonnes choses. Nous avons redécouvert celles-ci d’une manière créative. Je regrette que la World Scholar’s Cup n’ait pas été introduite à Maurice plus tôt, car je suis en derrière année scolaire.