Kris Lutchmenarraidoo de la SBM : «Le Factoring est un segment qui prend de l’ampleur à Maurice»

Par Leena Gooraya-Poligadoo O commentaire
Kris Lutchmenarraidoo

Disposer rapidement de l’argent des factures ou des créances clients, sans en attendre leur échéance...

C ’est ce que cherchent les entreprises mauriciennes qui font des ventes à crédit. Raison pour laquelle la SBM Factors Ltd a été créée. Kris Lutchmenarraidoo, le CEO de la division non-bancaire de la SBM (SBM (NBFC) Holdings), nous en parle.

La SBM vient de lancer sa filiale la SBM Factors Ltd. Parlez-nous de l’objectif de cette nouvelle entité.
La SBM Factors Ltd cible tous les commerçants, les entrepreneurs et les industriels qui font des ventes à crédit. À travers le service de factoring, ils se déchargent de la tâche qui consiste à courir après leurs débiteurs. Nous allons prendre la charge de gérer leur débiteurs alors qu’ils n’ont qu’à s’occuper de leur business, augmenter leurs ventes et leur profitabilité. Le lancement de la filiale a nécessité une préparation d’environ huit mois. Cela comprend la mise en place du système, le recrutement et la formation du personnel pour offrir le service. En parallèle, nous avons aussi fait du marketing auprès des clients potentiels, que ce soit les clients bancaires ou les clients non-bancaires.

Quel est le nombre de clients ciblés pour ce type de service ?
On espère toucher environ 250 clients durant la première année. Toutefois, ce n’est pas le nombre de clients qui importe mais plutôt la qualité. On peut avoir un client qui a un fort turn-over mais qui peut nous générer davantage de factures qu’une grande entreprise qui en a très peu. Nous absorbons tous les risques de leurs débiteurs. Par ailleurs, il y a un screening à faire qui nous permet d’évaluer le degré de risque de l’opération.

Et qu’en est-il des frais à payer ?
Les termes et les conditions de service dépendront de la qualité du client et du dossier. Nous travaillons sur une approche taillée sur mesure pour chaque client. Ainsi, il est difficile d’avancer un chiffre.

Y a-t-il une demande croissante pour le service de factoring à Maurice ?
Le factoring est un segment qui prend de l’ampleur. D’ailleurs, le lancement de nos activités cadre avec une demande accrue pour le factoring à Maurice Nous venons sur le marché comme le troisième opérateur à offrir ce service. C’est un marché qui est en croissance et que nous pouvons développer davantage. D’ailleurs, nous ne comptons pas rester que sur le marché mauricien. Aujourd’hui, nous avons une approche régionale avec nos opérations à Madagascar et en Afrique de l’Est. Ainsi, c’est un autre marché que nous allons exploiter une fois le rodage sur l’économie mauricienne complété.

Comme vous avez dit, il y a deux opérateurs qui offrent déjà le service de factoring. Dans quelle mesure, la SBM Factor Ltd se démarque-t-elle de ses compétiteurs ?
D’abord, je dois dire que le factoring est un produit qui se ressemble. Mais nous allons faire la différence en termes de qualité de service et la proximité avec le client. Par ailleurs, nous miserons beaucoup sur la rapidité du service.