[Vidéo] Ivan Collendavelloo fait l’éloge d’Ameenah Gurib-Fakim et de Paul Bérenger

Par Thierry Laurent O commentaire

Le no 2 du gouvernement, Ivan Collendavelloo, n’a pas hésité à faire l’éloge de la présidente de la République Ameenah Gurib-Fakim et du leader du Mouvement militant mauricien (MMM), Paul Bérenger. C’était lors d’un discours tenu ce vendredi 21 avril à Rivière-des-Anguilles, à l’occasion d’une réunion de mobilisation de l’Alliance Lepep en vue du meeting du 1er mai.

Ivan Collendavelloo soutient que la présidente de la République continue de faire honneur au pays, bien qu’elle ait été sous les feux des critiques en raison de ses liens avec l’homme d’affaires angolais Alvaro Sobrinho. « Lorsqu’elle participe à des conférences internationales, elle a droit à une couverture dans Paris Match et sur France Inter », a-t-il fait ressortir.

Le Premier ministre adjoint a, dans le même souffle, critiqué « l’acharnement » du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) sur Ameenah Gurib-Fakim.

Paul Bérenger a lui aussi eu droit aux éloges d’Ivan Collendavelloo. « On peut ne pas l’aimer mais il savait assumer son rôle de leader de l'opposition », a lancé ce dernier, qui estime que Xavier-Luc Duval s’est révélé être un flop. « Nous n’avons jamais eu de leader de l’opposition aussi médiocre que Xavier-Luc Duval », a affirmé le no 2 du gouvernement.

Ivan Collendavelloo est d’avis qu’avoir Paul Bérenger comme leader de l’opposition était bon pour la démocratie. Il a avancé que les membres du PMSD se comportent « comme des voyous » à l’Assemblée nationale.

Le Premier ministre adjoint croit par ailleurs savoir que la prochaine Private Notice Question de Xavier-Luc Duval lui sera adressée. « Je l’attends de pied ferme. J’ai déjà des réponses à ses questions supplémentaires », a-t-il lancé sur un ton moqueur.

Ivan Collendavelloo s’est aussi montré fort élogieux à l’égard du député du Mouvement socialiste militant (MSM) de la circonscription no 13 (Rivière-des-Anguilles/Souillac), Bashir Jahangeer, qui était lui aussi présent à cette réunion de mobilisation. Les deux hommes ont régulièrement croisé le fer à l’Assemblée nationale sur des questions liées à l’énergie, et se sont, dans le passé, sévèrement critiqués l’un l’autre. « C’est normal qu’un député pose des questions et c’est aussi normal pour un ministre de défendre son ministère », a-t-il déclaré. « Mo camarad Bashir fer enn travay formidab dan Parlman. »