Intervention pratiquée en Inde : opérée du cancer du colon, elle a besoin de lait et de couches

By Preity Ramessur-Bhoyroo O commentaire //
Dominique

Elle vient d’être opérée du cancer du colon en Inde. Dominique D., âgée de 51 ans, ne peut plus consommer d’aliments consistants. Elle doit se contenter de lait trois fois par jour. Faute de moyens financiers, cette ancienne enseignante est contrainte de mendier.

Il est 11 h 29. Dominique D., qui habite Baie-du-Tombeau, franchit la porte de notre rédaction. Cette mère de trois enfants parvient difficilement à se déplacer. Mais elle peut compter sur le soutien de son aide-soignante qui l’accompagne. Elle confie qu’elle a quitté son domicile à 6 heures pour arriver à notre rédaction à pied, faute de moyens financiers. Elle sollicite l’aide de l’équipe d’Xplik ou K.

« Il y a deux mois, j’ai subi une intervention chirurgicale en Inde après que mon cancer du colon se soit perforé. Depuis, je dois vivre de lait de la marque Actimel et je porte des couches », explique Dominique. À la suite de cette perforation, cette femme – qui vit seule – a subi une fistule recto-vaginale. Cela signifie que le contenu de ses intestins passe désormais à travers cette fistule avant d’être évacué par son corps. C’est pourquoi la quinquagénaire a besoin de porter des couches trois fois par jour.

Pension d’invalidité insuffisante

« Je ne peux plus consommer d’aliments consistants. Le lait Actimel remplace les repas du jour, trois fois par jour. Ce lait me coûte Rs 87. La pension d’invalidité que je perçois ne suffit pas à couvrir ces dépenses supplémentaires. Je paie Rs 5 000 pour mon loyer et Rs 2 500 pour mon aide-soignante. Je dois également régler les factures d’eau et d’électricité. En fin de compte je me retrouve sans le sou : impossible d’acheter le lait, plus les couches », résume Dominique.

La quinquagénaire est connue des habitants de sa région, surtout depuis l’an dernier. « En janvier 2016, j’avais reçu beaucoup de choses de volontaires en signe de solidarité », souligne-t-elle.

C’est en larmes qu’elle relate qu’elle passe ses journées à mendier. « Faute de revenus, je frappe à la porte des voisins pour leur emprunter de l’argent pour m’acheter ce précieux lait ou mes couches. Mais combien de temps encore pourront-ils m’aider ? » se demande-t-elle.

C’est la raison pour laquelle elle s’est décidée à faire appel à nos lecteurs pour qu’ils viennent à son secours. Dominique D. habite à Morcellement Illois, à l’arrière de la pâtisserie Salomon, à Baie-du-Tombeau. Elle est joignable sur le 5931 9935. Nos lecteurs peuvent aussi appeler notre rédaction sur le 207 0666.