Hausse des prix des carburants : effet domino à prévoir

Par Shaffick Hamuth O commentaire

Depuis vendredi dernier, le prix du litre de l’essence à la pompe est à Rs 44,90 alors que celui du diesel est à Rs 35,35. La State Trading Corporation justifie ces récentes augmentations par les pertes énormes qu'encourt l'organisme depuis février 2017.

Les pertes de la State Trading Corporation (STC) depuis février 2017 sur les carburants s’élèvent à Rs 216 millions. L’organisme explique qu’il lui était nécessaire de majorer les prix. Dans la foulée, la marge de profits des compagnies pétrolières et des stations service a aussi été revue à la hausse. Ainsi, la marge de profit par litre accordée aux compagnies pétrolières sur l’essence a augmenté de 11 sous et celle sur le diésel, de 10 sous. Les revendeurs (stations service) n’ont pas été oubliés, car ils bénéficient désormais d’une augmentation de deux sous par litre pour l’essence et le diesel.

À noter que le litre d’essence coûte Rs 14,77 à l’arrivée au port (Prix CIF) alors que le diesel coûte Rs 14,21. Un droit d’accise de plus de 100 % (Rs 14,80) est appliqué sur le prix de l’essence. Le taux est d’environ 50 % pour le diesel (Rs 7,30). À noter que les consommateurs contribuent Re 1,85 et Re 1,75 sur chaque litre d’essence et du diesel respectivement, à la Road Development Authority (RDA). Ils contribuent également une somme de Rs 2,70 sur chaque litre de carburant aux subsides sur le riz et la farine. La TVA pèse lourd, car elle est appliquée sur le montant final qui inclut toutes les contributions et autres levies.

Possibles conséquences

La majoration du prix des carburants ne sera pas sans conséquence. Elle entraînera dans son sillage un impact sur le prix de divers produits de consommation. Le diesel étant un intrant important dans le secteur manufacturier et la fabrication, les entrepreneurs devront majorer leurs prix de vente pour amortir les coûts. D’autre part, l’augmentation du prix du diesel affectera les opérateurs d’autobus. Un opérateur contacté par Le Défi Économie indique que sa facture de diesel a augmenté de Rs 500 par jour depuis samedi. « Les opérateurs des bus semi-low floor seront les plus affectés car ces autobus consomment plus de carburant que les autobus traditionnels. Bien sûr, les opérateurs bénéficient d’une formule de subsides sur le diesel, mais cela ne sera peut-être pas suffisant. » D’autres opérateurs songent déjà à demander une majoration du tarif d’autobus. Du côté des taximen, il y a aussi des inquiétudes, car les coûts d’opération vont augmenter et certains estiment qu’ils n’auront pas de choix que de passer la note aux clients. Le prix du diesel a aussi un impact sur le secteur de la construction, car les équipements et autres machines comme pelleteuses, excavateurs, poids lourds, etc., carburent au diesel.

Évolution des prix

Durant les six dernières années, c’était pendant la période allant de mars 2013 à janvier 2014 que le prix des carburants était le plus haut. Le prix le plus bas était durant la période de février 2015 à janvier 2017.

Mois/Année Essence (Rs) Diésel (Rs)
Décembre 2011 49.3 41.2
Février 2012 49.3 41.2
Mars 2013 52.25 43.95
Janvier 2014 52.25 43.95
Décembre 2014 45.95 37.8
Janvier 2015 45.95 37.8
Novembre 2015 41.35 32.75
Février 2016 38.85 29.5
Décembre 2016 38.85 29.5
Janvier 2017 38.85 29.5
Février 2017 42.7 32.45
Août 2017 44.9 35.35

Suttyhudeo Tengur : «L’APEC pas d’accord»

Suttyhudeo Tengur, de l’Association pour la Protection de l’Environnement et des Consommateurs (APEC), dit qu’il n’est pas d’accord avec la façon dont les prix des carburants ont été majorés, mais il ne compte pas rejoindre les divers mouvements de protestations, car, selon lui, « leurs arguments et critiques ne sont pas basés sur les faits et les chiffres, mais plutôt sur la frustration ».


Arvind Nilmadhub : «Il faut éliminer la double taxation sur les carburants»

Pour l’économiste Arvind Nilmadhub, les récentes hausses de prix sont complètement injustifiées, car le cours mondial a connu une chute entre mai et juillet, pour prendre une légère ascension en août. « Mais, selon la STC, elle a encouru des pertes depuis février. Cet argument ne tient pas la route. En plus, la STC parle de mauvais calcul ! C’est grave, car comment confier la responsabilité de notre gestion des carburants entre leurs mains s’ils affirment de leur propre aveu qu’ils font des erreurs ? » Arvind Nilmadhub explique que, sur la base de parité de pouvoir d’achat, le prix des carburants est, comparé aux autres pays, très élevé à Maurice. « Il faut revoir les droits d’accise et les diverses contributions. Il y a aussi une double taxe routière, car les automobilistes contribuent à la RDA tout en payant une vignette à la NTA, de même que la TVA sur les droits d’accise, donc une taxe sur une autre taxe ! »


Gavin Ng Lung Kit : «Revoir le Pricing System»

Gavin Ng Lung Kit, analyste, pense qu’il faudra peut-être revoir le ‘Petroleum Pricing Mechanism’. « Nous avons vu que les mêmes prix ont été maintenus pendant au moins cinq mois, et puis tout d’un coup, il y a une hausse énorme. Alors, on aurait pu plutôt amortir cette hausse de façon graduelle sur plusieurs mois au lieu de tout mettre sur le dos du consommateur d’un seul coup. » Il dit qu’il craint les répercussions sur le prix des produits et services.


La résistance

Des mouvements de protestations s’organisent pour contrer l’augmentation de prix des carburants.  L’Association des Consommateurs de l’île Maurice (ACIM) ne digère pas cette hausse. Son secrétaire général, Jayen Chellum, se dit aussi révolté par les différentes demandes de hausse de prix par des fabricants/opérateurs, etc., car ces derniers déclarent que leurs coûts de production vont augmenter. « Je trouve cela aberrant car, entre août 2014 et février 2016, il y a eu plusieurs baisses de prix des carburants, soit environ Rs 16 étalées sur une période de 18 mois, mais jamais on n’a vu les fabricants ajuster leurs prix. Or, dès qu’il y a une hausse de prix des carburants, ils demandent une majoration de prix. C’est une anomalie inacceptable. Il faut voir le coût réel de la structure des prix. »

Prix comparatif dans certains pays (Équivalent en roupies)

Pays Essence (Rs) Diésel (Rs)
Inde 37.27 31.23
Singapour 50.63 34.77
Afrique du Sud 32.3 32.1
Émirats Arabes Unis 16.28 17.11
Royaume-Uni 50.93 51.37
États-Unis 23.57 22.21
France 53.49 48.26
Chine 35.02 30.9
Kuwait 12.09 12.09
La Réunion 52.7 39.01
Madagascar 41.64 35.23
Arabie-saoudite 8.2 4.1