Hansley Poinen : une révélation de The Voice

Par Rajmeela Seetamonee O commentaire
Hansley Poinen

Hansley Poinen a fait la fierté de l’île Maurice en Russie. De juin à décembre 2016, il a participé à la cinquième saison de The Voice. Son aventure s’est achevée en quart de finale. Ce jeune homme de 27 ans se concentre maintenant sur son premier album.

Chaque seconde est une note de musique pour Hansley Poinen. Chaque rythme, chaque son et chaque parole guide sa vie. Il vit de sa passion depuis plusieurs années déjà. Âgé de 27 ans, Hansley Poinen se fraye un chemin en Ouzbékistan. Cela fait deux ans qu’il est chanteur principal de Hansley and the hooligans. Le groupe est composé de trois autres musiciens. Il donne des prestations pour une compagnie propriétaire de quatre restaurants.

Grâce à son métier, il a vu son rêve se réaliser en avril 2016, lors de la cinquième édition de The Voice en Russie, le pays voisin. « Depuis que je chante, j’ai toujours voulu participer au télé-crochet musical The Voice. Quand l’occasion s’est présentée, je me suis lancé sans hésiter », se souvient cet originaire de Quatre-Bornes.

Il enregistre ses vidéos et les envoie pour la phase de sélection. Quelques semaines plus tard, il apprend qu’il est parmi les cinquante personnes retenues pour passer les auditions à l’aveugle. « Il y avait environ 15 000 inscriptions ! J’étais content et soulagé d’avoir été choisi. J’étais confiant, car j’ai travaillé dur pour concrétiser mon rêve », dit-il avec le sourire.

L’épisode est alors diffusé le 7 octobre dernier. Sa guitare l’accompagne sur scène et il se met à entonner Wake Me Up de DJ Avicii. Sa voix ne laisse pas les coachs indifférents. Un à un se retourne, dont Polina Gagarina, chanteuse russe et membre du jury. D’ailleurs, Hansley Poinen décide d’intégrer l’équipe de la chanteuse. Il enchaîne avec trois autres prestations, notamment les Battles, l’épreuve des K.O. et le quart de finale.

« Je savais que mon aventure allait s’arrêter au quart de finale. Comme je ne suis pas Russe et que l’Ouzbékistan ne peut pas voter, je ne pouvais compter sur des voix pour continuer. Mais j’ai beaucoup appris des coachs et des autres participants. J’ai pu vivre mon rêve. Je suis heureux d’avoir pu faire la fierté de Maurice et de mes parents », confie notre interlocuteur. Il ajoute qu’il est également tombé malade pendant son aventure.

«Il y avait environ 15 000 inscriptions ! J’étais content et soulagé d’avoir été choisi. J’étais confiant, car j’ai travaillé dur pour concrétiser mon rêve.»

Cela fait cinq ans qu’Hansley Poinen chante en tant que professionnel. En 2010 et en 2011, il est allé en Chine, où il a exercé comme batteur. Puis, il est retourné à Maurice pour des vacances. « J’en ai profité pour chanter à travers l’île dans des événements privés, des pubs et des hôtels. Peu de temps après, j’ai reçu un appel de mon ami. Il est Mauricien et travaille en Ouzbékistan. Il m’a encouragé à faire le saut », relate le jeune homme. Il trouve qu’il est plus facile de vivre de sa passion à l’étranger. Les musiciens et chanteurs y sont mieux rémunérés, bénéficient d’une meilleure visibilité et d’occasions.

Son amour pour la musique s’est révélé dès sa tendre enfance. À l8 ans, il intègre le Conservatoire de musique François-Mitterrand, à Quatre-Bornes. « La directrice, Claudie Ricaud, m’a laissé essayer un instrument de percussion. Puis, elle m’a tendu le formulaire d’inscription. Mes parents m’ont ensuite donné l’autorisation », raconte-t-il.

Gospel

Il commence par la flûte à bec, avant d’apprendre la batterie. À 20 ans, il se met à enseigner la musique au conservatoire. Un autre de ses rêves se concrétise. Il prend plaisir à partager sa passion avec les plus jeunes. Pendant quelques années, il évolue aussi au sein du groupe Bref, dont Dylan Gooriah est le leader. Son style de musique tourne autour du rock, de la pop et du jazz.

« J’ai découvert ma passion pour le chant quand j’accompagnais mes parents à l’église. J’ai commencé par interpréter des gospels », fait-il remarquer. Il remercie ses parents et sa sœur aînée Lovena. « Mes parents étaient contre l’idée que je fasse carrière dans la musique. Graduellement, ils ont compris et accepté ma passion. Ma sœur aussi m’a toujours soutenu », confie Hansley Poinen.

Le musicien et chanteur dit qu’il veut travailler encore deux à trois ans en Ouzbékistan avant de rentrer à Maurice. Entre-temps, il travaille sur la réalisation de son premier album. L’enregistrement commencera bientôt. Les chansons, en anglais et kreol, parlent de sa passion et de ses sacrifices. Il souhaite également participer à des festivals de musique, des concerts et voyager avec sa musique.