Georges Chung Tik Kan : «Le Metro Express est un must pour le pays»

Par Jean Claude Dedans O commentaire
Georges Chung Tik Kan

Il défend bec et ongles le nouveau mode de transport en commun qui devrait serpenter le long de l'ancien tracé ferroviaire en 2019. Pour Georges Chung Tik Kan - l’un des hommes forts du projet - au nom du développement, le Metro Express n’est pas un mal nécessaire, mais un must pour le pays.

Le tracé du Metro Express évite le triangle d’Ébène, pourquoi ?
Pas du tout, le Metro Express n’évite en aucun cas le triangle d’Ébène, c’est déjà sur nos plans à moyen terme.

L’on sait que cet endroit regorge d'environ dix milliers d’employés et de voyageurs potentiels et, avec le métro, cela aurait pu désengorger les routes actuelles qui y mènent, atténuant le flot de véhicules…

Au niveau de la direction du projet Metro Express, on est tout à fait conscient du flot de passagers qui existe dans le triangle d’Ébène, surtout avec les nombreuses entreprises qui s’y  sont implantées. C’est la raison pour laquelle nous avons aussi inclus cet endroit spécifique en ligne de mire pour être desservi à court terme.

Qu’en est-il de la 2e phase du projet Rose-Hill/Curepipe ?
Lors de la présentation du projet Metro Express, on a été très clair : la livraison de la première phase se fera en 2019, comme prévu. Quant à la deuxième phase, elle commence en même temps que la première et sera finalisée en 2021. Ce qui fait qu’on aura deux chantiers qui fonctionneront en parallèle.

Pourquoi le Metro Express ne continue pas sa route jusqu’à, disons, la région de Jumbo à Riche-Terre, pour les voyageurs venant du Nord de l’île ?
Comme l’a dit le Premier ministre, Pravind Jugnauth, lors de la présentation du projet, ces régions mentionnées sont également incluses dans les plans finals. Ce sera non seulement le Nord et le Sud, mais aussi ailleurs. Nous sommes appelés à nous développer, si la population en a besoin.

Il n’y aura pas un penny de plus dépensé par l’État, par rapport au coût initial»

Des grincements de dents se font entendre quant au fait que le Metro Expres ne dessert que des villes, alors que la taxe est payée par tous les Mauriciens, ceux du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest ?
Pour ce qui est de la taxe, elle est directe pour les passagers uniquement. Sinon, il n’y aura aucune taxe supplémentaire qui est prévue à être payée par les Mauriciens en général. Les tickets sont payés par ceux qui voyagent, le Metro Express sera autofinancé par les voyageurs et la publicité.

Ceux qui voyagent sont aussi des contribuables, vous conviendrez…
Pour ce qui est de la taxe à proprement parler, elle sera applicable pour ceux qui prennent le Metro Express uniquement. Il n’y a pas de taxe directe ou indirecte perçue pour tout le monde.

Y aurait-il, comme ailleurs, des abonnements mensuels ou autres formules à des prix forfaitaires ?
Le comité travaille sur cet aspect des choses et arrivera à une formule qui donnera satisfaction au public voyageur. Ce sera soit un ticket aller-retour, soit un ticket valable pour toute la journée ou encore pour toute la semaine.

Les cartes seront-elles à usage multiple ?
Les smart cards seront comme ailleurs. On ne va pas réinventer la roue, vous en conviendrez.

Est-ce que les Mauriciens ont ou auront finalement une culture du métro ?
La culture est faite pour renforcer notre comportement. La culture est aussi faite pour être acquise, il en va de même pour ce qui est du fait de prendre le métro.

Est-ce que les échangeurs à venir au Jumbo Phoenix, au Pont-Fer et au rond-point Dowlut qui sont financés par l’État, seraient plus larges afin d’accommoder le métro, contribuant ainsi à réduire le coût du projet ? 
Tous ces paramètres sont compris dans les coûts initiaux du projet. Cela relève du Road Development Programme.

Et si le constructeur tombe nez-à-nez avec des imprévus, comme des tuyaux de tout-à-l’égout, des terres marécageuses, pour ne citer que ces deux exemples ?
Le constructeur Larson & Toubron prendra à sa charge les dépenses additionnelles et imprévisibles.

Si jamais il y a des dépassements au niveau des dépenses (consultants, fluctuation tax charge, tax interests, situation géologique des terrains compliquée), et même si le contrat prévoit cela, le pays ne devrait-il pas faire finalement les frais des quelque Rs 6-7 milliards de surplus ?
Au cours de la présentation du projet, lundi dernier, le représentant de Larson & Toubron a clairement fait ressortir qu’il n’y aura pas un penny de plus dépensé par l’État mauricien par rapport au coût initial du projet. Si tel serait le cas, ce sera aux risques et périls du constructeur.

Parlons de la réhabilitation des promenades en voie d’être rasées,  est-elle  comptabilisée dans le coût initial du Metro Express ?
La réhabilitation des promenades se fera par les collectivités locales concernées par le projet Metro-Express. Elles travaillent déjà dessus. Les coûts sont relativement négligeables.

Comment, lors des travaux, gérer la circulation dans les centres-villes, disons à Quatre-Bornes ?
Je pense que le ministre des Infrastructures publiques et ses officiers se sont penchés sur la question. Ils ont déjà un plan.

De Belle-Étoile à Port-Louis, en passant par Coromandel et GRNO, le Metro Express n’est pas concerné, alors que c’est ce tronçon qui génère le plus de bouchons chaque jour…
Il est dommage que la structure des résidences et des routes empêche le Metro Express de desservir ces régions. On pense déjà à un système pour diriger les passagers vers les stations les plus proches de chez eux à travers un feeder system.

Que dire aux anti-Metro Express qui donnent de la voix et qui menacent d’entamer des grèves de la faim?
Je respecte leur opinion.

Est-ce que le Metro Express est un mal nécessaire ?
De quel mal parlez-vous ? Honnêtement, je ne vois pas où serait le mal.

Reformulons la question : le Metro-Express est-il un must pour Maurice ? 
À mon humble avis, le Metro Express est un must pour le pays.

Les opposants au Metro Express avancent que les risques d’accidents avec le métro sont grands. Que leur répondez-vous ?
Les accidents surviennent n’importe où et n’importe comment, vous en conviendrez. J’ai étudié le problème d’accidents de fond en comble. Le Metro Express est l’un des moyens les plus sûrs en matière de transport public. À moins de se jeter volontairement sur la voie au passage du métro.