À Flic-en-Flac : une Nigérienne retrouvée nue en face d’une église

Par Kendy Antoine O commentaire

Une église, à Flic-en-Flac, a été le théâtre d’une scène peu commune dans la matinée de dimanche dernier. Une Nigérienne de 21 ans se trouvait devant le lieu de culte. Toute nue et affolée ! La police de la localité, prévenue, est vite arrivée. Pouvant à peine s'exprimer, la jeune femme a reçu des soins avant d’être placée en observation à l'hôpital psychiatrique Brown-Séquard à Beau-Bassin. À sa sortie, elle assure ne se rappeler de rien.

Que s'est-il vraiment passé ? C'est ce que tente d'éclaircir la police de Flic-en-Flac. Vers 11 heures, elle est mandée en face d'une église par des dévots qui ont aperçu une jeune femme dans le plus simple appareil et en pleine panique. Des âmes charitables lui trouvent vite un vêtement...

Une fois sur place, des policiers essayent de lui parler mais elle est incohérente. Elle parvient tout de même à décliner son nom, son âge et sa nationalité. Dans un premier temps, elle dit s’appeler Sierra M. et être une étudiante sud-africaine.

Conduite à l’hôpital Brown-Séquard, elle y reste quatre jours. Interrogée, elle a avoué que son nom n’est pas Sierra et qu’elle n’est pas Sud-Africaine mais Nigérienne. Les policiers lui ont demandé son lieu de résidence et elle les a conduits dans une maison à Bambous. Sur place la propriétaire des lieux a soutenu qu'elle connaît la jeune femme. « Elle était locataire mais elle est partie vivre ailleurs et en week-end, elle aime faire la fête. » Elle a ajouté qu’elle étudie dans une université. Elle y a accompagné les policiers qui ont obtenu la confirmation de ses dires et  de sa nationalité. Ils ont pu retracer son adresse à  Flic-en-Flac.

Elle a expliqué : « J’étais chez moi, samedi, et je consommais de l'alcool lorsque je me suis évanouie et en reprenant connaissance, je me suis retrouvée dans un hôpital. À part cela, je ne me souviens de rien. »

C’est une version que la police prend avec des pincettes. Selon les premiers renseignements recueillis par les officiers, la jeune femme s'était rendue samedi soir dans une boîte de nuit. Elle aurait été vue en compagnie de quatre individus au cours de cette soirée. Les policiers soupçonnent la bande d'avoir entraîné l'étudiante dans un lieu isolé où elle aurait consommé des substances illicites. Elle a été examinée par un médecin de la police.