Financement des partis politiques - Ashok Subron : «Des pouvoirs de sanction à l’Electoral Supervisory Commission»

Par DEFIMEDIA.INFO . O commentaire
Ashok Subron

Le dirigeant de Rezistans ek Alternativ, Ashok Subron, estime qu’il faut accorder plus de pouvoirs à l’Electoral Supervisory Commission pour veiller à tout ce qui a trait au financement des partis durant les campagnes électorales.

« Je déplore que l’argent joue un grand rôle dans les campagnes électorales et que les partis politiques ne divulguent jamais le montant des contributions faites par leurs membres et sympathisants. Il y a une totale opacité sur ce point. Il n’est pas étonnant qu’il y a toutes sortes d’allégations, comme celles formulées devant la commission d’enquête sur la drogue, même si nous devons les prendre avec des pincettes », a fait ressortir Ashok Subron.

Le dirigeant de Rezistans ek Alternativ s’est dit en faveur d’une modification de la loi pour qu’après les élections générales, les électeurs aient la possibilité de contester les returns des partis quant à leurs dépenses électorales. « De fait, s’il y a suffisamment de représentations, la Commission électorale pourrait saisir la Cour suprême pour invalider une élection après enquête. Il faudrait aussi procéder à l’enregistrement des partis politiques », a-t-il avancé.

Ashok Subron est opposé à une légalisation du financement des partis par les compagnies privées. « Cela risquerait, par la suite, de devenir un moyen d’influencer, directement ou indirectement, l’adoption de projets de loi. Toute donation de plus de Rs 25 000 aux partis devrait être déclarée publiquement », a-t-il conclu.