Famille attaquée et vol de revolver à Roche-Bois - Le père : «Boukou fraka zot inn fer !»

Par Kendy Antoine O commentaire
Station Roche-Bois

Moment de panique pour Antoine Fong Tin Y, 57 ans, et sa famille. Mardi soir, ce commerçant de Roche-Bois s’apprêtait à aller déposer un  travailleur chez lui quand six malfrats masqués et armés de sabres ont fait  irruption dans son entrepôt qui abrite également son foyer. Ils ont malmené son fils et son épouse. La bande est repartie avec un butin de Rs 190 000, dont un revolver de calibre .22 et six balles. La CID de Port-Louis-Nord enquête.

Pour la victime, une chose est sûre, cette bande avait un complice qui connaissait ses moindres déplacements. « Je fais la livraison de cigarettes, de boissons alcoolisées et gazeuses. Il était environ 19 h 30 mardi, lorsque je suis sorti pour aller déposer un de mes employés », relate Antoine Fong Tin. Mais il avait à peine franchi le portail, quand il a été attaqué. « Mon fils a ouvert le portail et tout de suite, j’ai vu six hommes encagoulés, munis de sabres qui m’attendaient. C’était planifié », poursuit-il. En apercevant les malfrats, son fils a essayé de les empêcher d’entrer. « Il a lutté avec eux, mais les voleurs, plus nombreux, ont pu le maîtriser », raconte la victime.

Son épouse a été malmenée. « Elle a crié pour alerter le voisinage. J’avais en ma possession mon arme à feu qui contenait six balles. Ils m’ont fouillé et me l’ont prise », poursuit-il. « Boukou fraka zot inn fer », lâche-t-il. Les voleurs ont ainsi fait main basse sur une somme de Rs 75 000, un iPhone, des chèques et des cartes d’identité. « J’avais également trois autres cellulaires, mais ils les ont endommagés pour que je n’alerte pas la police », précise la victime. Autres objets emportés par ces derniers, les clés de contact de sa BMW ainsi que des bijoux. Le montant total du butin dérobé s’élève à environ Rs 190 000. Une fois leur forfait accompli, les voleurs ont pris la fuite. La police de Roche-Bois a aussitôt été alertée. La victime a fait une déposition.

La CID de Port-Louis Nord, sous la supervision de l’ACP Madhow  et du surintendant Sam Bansoodeb, est sur la piste des suspects. Les enquêteurs soupçonnent un habitué des lieux d’être de mèche avec les malfrats. « Ces gens connaissaient l’heure où nous allons sortir »,  souligne le commerçant. Le complice est activement recherché, mais, à mercredi soir, il était introuvable.