[Vidéo] Évanoui dans la nature : il est porté manquant depuis janvier

Par Reshad Toorab O commentaire
Jean Lix Baveuse

Un habitant de Médine-Camp-de-Masque a disparu depuis le début de l’année. Son épouse réclame une géolocalisation.

Il n’a donné aucun signe de vie depuis le samedi 7 janvier. Jean Lix Baveuse, un maçon de 50 ans, habite avenue des Fouquek, à Médine-Camp-de-Masque. Il était parti de chez lui vers 10 heures, en prenant son vélo. Depuis, il n’est jamais rentré. Le quinquagénaire ne disposerait pas de toutes ses facultés mentales.

Le jour de sa disparition, le disparu portait un jean bleu et un T-Shirt blanc. Il mesure 1 m 70, est mince, a des cheveux bouclés et a le teint brun. Son épouse Marie-Linda, 49 ans, revient sur sa disparition. Elle déplore la lenteur de la police à le localiser.

Marie-Linda nous explique que Jean Lix avait des problèmes de santé depuis plus d’un mois avant sa disparition. « Il était devenu alcoolique et divaguait. Deux jours avant sa disparition, il avait commencé à parler seul et à dire n’importe quoi, raconte Marie-Linda. Il parlait à son père, décédé depuis une dizaine d’années. Nous l’avions emmené à l’hôpital, mais il avait refusé d’être admis. » L’épouse poursuit en expliquant que, le jour de sa disparition, Jean Lix avait réveillé le voisin à 3 heures du matin pour acheter des mines.

« Puis il est rentré et a fait cuire les mines en nous disant que son père allait venir déjeuner. Au matin, j’ai appelé le Samu qui est venu le chercher, mais il a résisté et refusé de rentrer dans l’ambulance. À 10 heures, il a pris sa bicyclette et a quitté la maison. Depuis, il n’est plus jamais revenu. »

La dame éplorée a fait une déposition le jour même au poste de police de Médine-Camp-de-Masque. Pendant les deux jours qui ont suivi sa disparition, Marie-Linda a pu joindre Jean Lix au téléphone. « Li pran lapel, li dir li dan karo kann li pa kone kouma pou sorti. Enn lot kou li dir moustik pe pik li. Enn lot kou li dir li dan mariaz. Apre telefonn finn teyn. »

Elle dit avoir déjà alerté les autorités concernées pour effectuer une géolocalisations. Sauf que la police a besoin d’un ordre de la cour pour pouvoir le faire. « Vers fin mars, quand j’ai appelé mon mari, le téléphone était sur répondeur.  J’en ai informé la police et je souhaitais qu’elle m’aide à le localiser, vu son état de santé et qu’elle fasse le nécessaire rapidement. »
Toute information pouvant aider à retrouver cette personne doit être communiquée à la police sur le 999, le 2080034 / 35 ou le 148.