Étienne Sinatambou : «Une solution trouvée pour les clients de la BAI»

By Ashwin Kanhye O commentaire

Une solution a été trouvée pour les souscripteurs au plan Super Cash Back Gold (SCBG).

L’argent des contribuables ne sera pas utilisé pour le paiement. C’est ce qu’a souligné Étienne Sinatambou, ministre de l’Environnement et de la Sécurité sociale, en conférence de presse samedi à son bureau.

Le ministre Sinatambou n’a pas été tendre envers les députés de l’opposition. Il a souligné que ces derniers ne disaient que des faussetés à chaque séance parlementaire. « En ce moment, nous avons une opposition de bas étage. L’opposition utilise les anciens clients de la BAI pour faire de la politique. Une solution a été trouvée pour les souscripteurs au plan Super Cash Back Gold (SCBG) et ce n’est pas l’argent des contribuables qui sera utilisé. Il faut reconnaître que le gouvernement a payé 70 % des souscripteurs au SCBG et 91 % des investisseurs de Bramer Asset Management (BAM) », a-t-il dit.

Rs 6,5 milliards seront déboursées pour le paiement, a dit le ministre de l’Environnement et de la Sécurité sociale. « Dans le pire des cas, certains recevront 50 % de la somme investie », a-t-il ajouté. Étienne Sinatambou a indiqué que le gouvernement a revu sa position sur les sociétés coopératives. « À l’époque, le ministre Roshi Bhadain avait écarté les coopératives.

Le Premier ministre a ensuite constaté que ces personnes ne sont pas des supers riches, mais des ti dimoun, qui ont investi Rs 10 000, Rs 100 000... Ces investisseurs seront, eux aussi, remboursés », a-t-il dit. Selon lui, le rapport de l’enquêteur nTan avance qu’il y a une somme d’argent colossale « untraceable ». On parle de Rs 17 milliards. À ce jour, selon Étienne Sinatambou, Rs 8,7 milliards ont été versées aux souscripteurs au plan SCBG et Rs 1,8 milliard aux investisseurs de BAM.

Le ministre a aussi déploré l’attitude « anti-patriotique et anti-Inde » du leader de l’opposition. « Dans son discours, il dit que le gouvernement a contracté un emprunt de Rs 18 milliards avec l’Inde. C’est un pays ami. C’est une insulte qu’il a proférée en disant cela. Quand l’opposition fait de tels propos, elle ternit l’image du pays et nos relations avec ce pays ami », a ajouté Étienne Sinatambou.

Quand Xavier-Luc Duval était ministre des Finances, a poursuivi le ministre Sinatambou, il avait proposé une somme pour construire une jetée et agrandir la piste d’atterrissage, mais rien n’a été fait. « C’est ce gouvernement qui va les réaliser. Les députés de l’opposition veulent faire croire que l’Inde va envahir Maurice. Tout trafic aérien et maritime sera sujet aux lois du pays. Cette piste et cette jetée permettront d’assurer la surveillance de notre Zone économique exclusive, pour contrôler la pêche illégale », a-t-il dit.

Quid du dossier Bétamax ? Étienne Sinatambou dira que, si Xavier-Luc Duval se sent embarrassé, c’est parce qu’il était partie prenante de la décision pour l’allocation du contrat. Il a aussi affirmé que, de mai 2011 à janvier 2015, le gouvernement a payé Rs 4,4 milliards à Betamax. « La compagnie avait un contrat de garantie de 15 ans pour le transport des produits pétroliers. Combien de milliards il aurait fallu lui payer encore ? » a-t-il poursuivi.

Concernant la question parlementaire sur Alvaro Sobrinho, le ministre a souligné qu’il est faux de dire que les quatre directeurs de la Financial Services Commision (FSC) ont démissionné en raison de cette affaire. « Je connais un des directeurs et je lui ai parlé. Il m’a dit que c’était faux. Maintenant, le leader de l’opposition ment sous l’immunité parlementaire », a-t-il dit.

Selon Mahen Jhugroo, la piste d’atterrissage d’Agalega ne va pas occuper la moitié de la superficie de l’île, car celle-ci fait 16 kilomètres et la piste trois kilomètres. Le ministre des Collectivités locales a indiqué qu’il est vrai qu’un avion avait rallié Agalega la veille de son départ. « Comme l’appareil ne peut transporter autant de monde d’un coup, il a fallu deux voyages », a-t-il expliqué.