Étienne Sinatambou : «Un invalide a droit à une pension jusqu’à 60 ans»

Par Raj Bissessur O commentaire
Étienne Sinatambou

Si vous êtes invalide, vous toucherez une pension qui vous sera supprimée à 60 ans. C’est l’explication donnée par le ministre de la Sécurité sociale et de la Solidarité nationale, Étienne Sinatambou. Celle-ci est remplacée par la pension de vieillesse.

Iswara, habitant Eau-Coulée de 61 ans, expliquait à notre rédaction qu’il est invalide depuis l’âge de 19 ans. Il touchait une pension d’invalidité. Passé les 60 ans, il a bénéficié, un an durant, d’une aide sociale et touche sa pension de vieillesse. Depuis quelques jours, la Sécurité sociale lui a notifié que cette aide serait supprimée. Il ne comprend pas.

« Un médecin est venu me voir à la maison. Comme je ne peux bouger, le médecin m’a fait obtenir un fauteuil roulant. C’est bien la preuve que je souffre d’un handicap. Comment peut-on me supprimer mon aide sociale pour invalidité ? Je n’ai pas guéri miraculeusement ! », proteste Iswara.

Sollicité pour des éclaircissements, le ministre Étienne Sinatambou est intervenu sur le cas d’Iswara. « Une personne a droit à sa pension d’invalide jusqu’à 60 ans. Puis, celle-ci est remplacée par la pension de vieillesse. C’est le règlement qui s’applique, je ne peux le changer. Le principe veut que l’on ne peut bénéficier de deux types de pension. Si le monsieur a touché une pension durant un an, il doit s’agir d’une carer’s allowance ».

La carer’s allowance est de Rs 2 500. À 60 ans, elle passe à Rs 3 000 ou Rs 3 500. « La carer’s allowance est accordée à une personne après la visite d’un médecin à domicile qui estimera qu’elle n’est pas autonome et a besoin d’une assistance pour se laver, aller aux toilettes, prendre un bain, etc. Si le médecin constate qu’elle peut de nouveau se débrouiller seule, l’allocation est supprimée », précise le ministre. Il a, cependant, promis d’évoquer le cas d’Iswara avec les techniciens du ministère.


Pension d’invalide et droit d’appel

Le nombre de médecins au service de la Sécurité sociale est passé de 37 à 92 en octobre 2016. « Ces médecins ne reçoivent aucune instruction pour accorder ou supprimer des pensions. Ils appliquent les critères à la lettre », soutient Étienne Sinatambou. Si une personne fait appel de cette décision, deux médecins spécialistes et un juge siègent au tribunal - et pouvant être un juge de grande instance - sont chargés d’examiner cet appel. Le ministre de la Sécurité Sociale a promis de voir avec les techniciens du ministère ce qui peut être fait dans le cas d’une personne qui ne peut se déplacer. « Si elle ne peut se déplacer, comment peut-elle se présenter devant un tribunal d’appel », a demandé le ministre.