Essence et diesel : sous l’influence des baisses de production

Par Kamlesh Bhuckory O commentaire
Essence

La fin de l’année pourrait réserver de coûteuses surprises pour la State Trading Corporation, voire les poches des contribuables. Car, sur le marché mondial, le prix du pétrole est sur l’ascendance à la suite des annonces en début de semaine de l’Arabie saoudite qui se dirige vers une réduction de sa production.

À partir de novembre, l’Arabie saoudite réduira son débit quotidien par 560 000 barils. Avec cette mesure, le premier producteur de pétrole au monde compte réduire le niveau de stockage et rééquilibrer le marché.

Cette réduction, annoncée dans la soirée du lundi 9 octobre, intervient à un moment où la demande en produits pétroliers est très forte. Qui plus est, ce pays s’attend à ce que les autres producteurs lui emboîtent le pas et pousser le cours vers des niveaux qui leur soient encore plus favorables. « Le plus grand exportateur de pétrole du monde tient son engagement de limiter sa production », a expliqué David Madden, analyste chez CMC Markets, dans un article de l’AFP.

C’est sans surprise qu’on assiste à une reprise dans la courbe de prix. Le baril du Brent est passé au-dessus de la barre des 55 dollars. Autre prix de référence : le cours du West Texas Intermediate (WTI) est désormais supérieur aux 50 dollars. À Maurice, la référence est celle de Platts, qui tient compte des frais du raffinage.

« Nous suivons l’évolution des cours mondiaux de très près. Il faut savoir qu’aucune réunion du Petroleum Pricing Committee (PPC) n’est prévue dans l’immédiat. Toute prise de décision par rapport aux prix sur le marché local est déterminée par une série de facteurs, dont le fonds de stabilisation et les projections sur le moyen terme », fait ressortir une source proche du dossier. « Maurice ne sera jamais à l’abri de changements à la hausse ou à la baisse sur le marché mondial », dit la même source.

Maurice est un importateur de produits pétroliers (diesel, essence, Jet A1 et huile lourde). Pour les six premiers mois de 2017, la facture pour ces produits a été de Rs 14,7 Md, contre Rs 9,8 Md à la même période en 2016. La hausse s’explique par une remontée du cours sur le marché mondial à partir de juin dernier.

D’ailleurs, le 5 août dernier, le PPC a augmenté le prix à la pompe. Le litre d’essence est désormais à Rs 44,90 (contre Rs 38,85 début août 2016). Le coût du diesel est à Rs 35,35 (contre Rs 29,50 il y a 14 mois).