Entrepreneuriat - Gool Snack : 24/7 pour vous servir

Par Kamlesh Bhuckory O commentaire
Gool Snack

À la sortie du cinéma, d’une soirée en boîte de nuit, en route pour le travail ou pendant les périodes pluvieuses et cycloniques, nous sommes à la recherche de ce commerce qui pourrait nous remplir la panse. à Beau-Bassin existe une enseigne qui répond à ces attentes. Gool, le snack jadis sans portes.

Ce snack n’avait, à une époque, ni portes ni fenêtres. Il n’en avait pas besoin. Car il restait ouvert 365 sur 365 jours de l’année. Cyclones Hollanda et Gervaise et autres intempéries, du café, du thé, des brioches, de la vermicelle, des ‘ladous’, des pistaches bouillies, des clops, des journaux, des mines bouillies et frites, du halim. On n’avait qu’à demander et commander. Messieurs Gool, deux frères et leurs copains employés répondent présents, comme la station-service Sookhee, à Rose-Hill. Des insomniaques graves. La nuit ne leur fait pas peur. Ils sont là, tenaces, intrépides. Leur devise : servir et faire plaisir.

De ce petit bouiboui de rien du tout situé juste après le rond-point de Beau-Bassin en allant vers Rose-Hill, il est devenu un centre commercial. That is Gool Palace. Allant de pair avec cette petite ville qui est devenue, avec le temps, un lieu où la bouffe est reine. Miam, miam...

Une offre à toute heure

« Gool Snack est devenu une référence avec nos clients. Ce n’est pas uniquement une clientèle venant exclusivement de la région de Beau-Bassin, mais  de tout le pays, surtout pendant la soirée et les périodes d’intempéries », explique Nasser Sheik Ibrahim, un des gérants de Gool Snack. Et de souligner : « Nous ne pouvons ignorer ces clients qui nous soutiennent et qui ont davantage besoin de nos services pendant des moments difficiles. »

Gool Snack représente environ 45 années d’histoire à raconter dans le monde de la restauration, un secteur qui a connu une évolution rapide ces 10 à 15 dernières années. Le propriétaire est Ahmed Issoop Issack, 72 ans. Il est l’oncle de Nasser Sheik Ibrahim, bientôt 55 ans. Ce dernier y travaille depuis 38 ans.

La renommée de cette enseigne familiale qui, aujourd’hui, fait partie intégrante d’un nouveau bâtiment, repose sur une offre 24/7. « Nous avons opéré dans ce système pour donner un service essentiel au public. à l’époque, la vie nocturne n’existait pas. Le clou était une soirée au cinéma. On jouait trois films et la séance se terminait à 2 heures. du matin. Les clients – des groupes d’amis, des familles entières, venant de tout bord – se rendaient chez nous. Notre atout était un service essentiel. Nous étions dans un endroit stratégique. »

Donc, l’activité commerciale arrivait à un point mort sur le coup de 3 heures du matin. Mais est-ce que cela valait le coup de fermer et rouvrir trois heures plus tard ? Non. Parce que dès 5 heures, des clients en route pour le travail cherchent du pain.

« C’est un lieu pour refaire le plein d’énergie après les sorties ou avant de partir au boulot », souligne notre intervenant.

Préférences alimentaires

Avec le temps, les horaires ont changé. Les infrastructures aussi. Parce que, depuis trois ans, Gool Snack a emménagé dans un nouveau bâtiment. La superficie est de deux à trois fois supérieure. L’équipe, composée d’une douzaine d’employés, se relaye de 6 à 2 heures du matin. Les vendredis et les samedis, l’heure de fermeture est repoussée d’une heure, afin d’être au service des clients issus de la night-life.

Qu’est-ce qui a motivé la construction du nouveau bâtiment et, par ricochet, la fermeture de Gool Snack pendant un an ? à cette question, Nasser Sheik Ibrahim fait état de la concurrence. « Au fil des années, beaucoup de commerces sont venus s’installer à proximité. Ces enseignes offrent un environnement plus moderne. Nous étions en retard. La clientèle ne se rajeunissait pas. Les jeunes cherchaient un environnement plus luxueux avec davantage de fast-food. »

Le traditionnel ‘gato pima’ n’y est plus. Place au kebab, au tikka, aux mines bouillies et ses accompagnements, un mélange de nouveaux et d’anciens mets. à eux deux, Ahmed Issoop Issack et Nasser Sheik Ibrahim ont été les témoins privilégiés de la transformation des préférences alimentaires des Mauriciens. La relève est assurée avec Yousouf, fils du propriétaire. Aujourd’hui, à 6 heures du matin, tout recommencera. Au service du public. Gool for ever.