Emmanuel Alexis - L’entrepreneuriat : une histoire de famille

By Caroline Duval O commentaire //
Emmanuel Alexis

La fibre de l’entrepreneuriat coule dans les veines d’Emmanuel Alexis. À 29 ans, il jongle avec plusieurs projets, alors qu’il vient de lancer son magasin Beautiful Attractive and Elegant (BAE) à Bambous. Parcours.

C’est l’histoire d’un jeune entrepreneur qui n’a pas froid aux yeux. On pourrait penser qu’Emmanuel Alexis est né avec une cuillère en or dans la bouche. Et pourtant, ce n’est pas le cas. Entre l’hôtellerie, la décoration, l’administration et la gestion d’une start-up, sa tête bouillonne de projets. Après ses études secondaires, il s’envole pour la Suisse afin de poursuivre ses études en management et en hôtellerie.

«Si l’on veut devenir entrepreneur, on a besoin du soutien indéfectible de son entourage»

Il a travaillé dans plusieurs hôtels, d’abord pendant un an à Genève, puis pendant deux ans aux États-Unis. Malgré les occasions qui se sont présentées à lui, il a choisi de ne pas continuer sa carrière à l’étranger.

« J’ai été pris par un mal du pays. Maurice me manquait et ma famille aussi. Après avoir vécu à l’étranger, j’ai réalisé que c’était plus agréable de vivre à Maurice », relate-t-il. À son retour, toutefois, la réintégration a été rude. « J’ai pris conscience que je pouvais facilement me trouver de l’emploi, mais que je ne toucherais pas forcément le salaire que je touchais à l’étranger ».

L’entrepreneuriat est, en réalité, une histoire de famille chez les Alexis. Son père tient le business familial d’une main de fer depuis plusieurs années. « J’ai vu mon père évoluer et j’ai eu envie de faire comme lui », raconte-t-il.

Il finit par intégrer l’entreprise de son père, qui fournit de l’immobilier à des hôtels et des compagnies à travers l’île. « Je m’occupe essentiellement de toute la partie administrative de l’entreprise et je gère les opérations. »

«À terme, si tout se passe bien, je vais également ouvrir un deuxième magasin et éventuellement, d’ici quelques années, un restaurant»

Il y a trois ans, l’idée lui vient de mettre sur pied une petite start-up. À 29 ans, il ouvre son premier magasin. « Je savais que je voulais faire mon petit bonhomme de chemin de mon côté et le choix s’est porté sur un magasin plutôt qu’un restaurant, car c’est plus facile à gérer ».

C’est ainsi que BAE voit le jour en décembre 2016. C’est un magasin de prêt-à-porte à Bambous. C’est avec beaucoup de networking, de la patience et une pincée de fantaisie, qu’il est parvenu à lancer sa start-up. C’est avec le soutien de ses proches que son projet a abouti. « Mon père, mon role model, m’a beaucoup soutenu. Ma mère gère mon magasin quand je m’absente. Si l’on veut devenir entrepreneur, on a besoin du soutien indéfectible de son entourage », estime-t-il.

Amoureux de mode, il dit avoir réalisé, à son retour à Maurice, qu’il manquait des magasins pour les hommes. Son magasin BAE propose des vêtements dernier cri pour hommes et femmes. Il espère très prochainement vendre ses vêtements en ligne.

« À terme, si tout se passe bien, je vais également ouvrir un deuxième magasin et éventuellement, d’ici quelques années, un restaurant ». Un jeune directeur aux grandes ambitions qui n’a pas fini de faire parler de lui.