Élevage de crabes : Jessan Kumar Persand parmi les meilleurs en Afrique

Par Leena Gooraya-Poligadoo, Patrice Donzelot O commentaire
Jessan Kumar Persand

Il est le premier Mauricien à être nominé pour l’Anzisha Prize, une initiative de l’African Leadership Academy qui récompense les meilleurs entrepreneurs en Afrique depuis 10 ans. Jessan  Kumar Persand se démarque grâce à  son projet d’aquaculture.

L’idée  de se  lancer dans l’aquaculture a germé  au barachois de son oncle, à Poudre d’Or. «  Au fait, la compagnie de mon oncle, Persand Royal, est engagée dans la culture des huîtres. Il les cultive dans l’eau salée, dans un barachois d’une superficie de neuf hectares », explique Jessan. Pendant que ce dernier suivait des cours en informatique à l’Université de Maurice, il aidait son oncle dans son business. « Après mes études, je me suis pleinement engagé dans ce domaine. D’ailleurs, j’ai réalisé que j’éprouvais une passion pour l’aquaculture. Entretemps, pour développer davantage mes compétences dans ce domaine, j’ai suivi un cours en aquaculture à l’université, à temps partiel », fait-il ressortir.

Jessan a fait le choix de se lancer dans ce domaine. Mais il voulait y apporter de la nouveauté. «  En étudiant le marché des fruits de mer, j’ai constaté qu’il y avait une pénurie de Scylla serrata, un crabe plus connu comme crabe carle en créole. Ce type de crabe est très demandé dans les hôtels et les restaurants. Mais il n’y a personne à Maurice qui pratique cette culture. On ne peut l’avoir qu’avec les  pêcheurs »,  avance le jeune homme.

Pour commencer un projet pilote l’année dernière, il avait acheté une centaine de crabes avec les pêcheurs pour les placer dans des cages sur une superficie de deux hectares. «   Toutefois j’ai constaté qu’on ne peut pas les mettre  tous ensemble. Ainsi, j’ai fait un nouveau business plan pour les placer séparément dans des cages. Cela a nécessité un investissement de Rs 200 000 », indique-t-il. Pour la culture,  les crabes consomment par jour cinq grammes de poisson chacun.  Si au début, un crabe pèse 200 grammes, après 8 mois le même crabe pèse 800 grammes à un kilo, ce qui est idéal pour la consommation. 

Lors de sa participation dans une compétition organisée par Total Mauritius l’an dernier, Jessan a raflé le troisieme prix et a obtenu une somme de Rs 300 000. « Cette récompense m’a permis d’investir dans la culture. J’ai pu financer les analyses en laboratoire », dit-il tout  en précisant que les crabes sont des produits bio.

Actuellement, Jessen compte 2 000  crabes dans son  barachois à Poudre d’Or. «  Je livre quelque 60 kilos aux hôtels et aux restaurants par mois », indique-t-il. Notre interlocuteur soutient que le crabe carle est un produit qui a une valeur ajoutée, à Maurice. Il faut compter Rs 800 le kilo. Jessan donne de l’emploi à quatre personnes engagées à plein temps.


Futurs projets

Jessan souhaite poursuivre ses études en aquaculture l’année prochaine. « J’ai l’intention de mettre en place un ‘hatchery and nursery’ pour produire les petits crabes pour ensuite les vendre en grande quantité et rendre le prix abordable aux Mauriciens », dit-il. Par ailleurs,  le jeune entrepreneur déplore que les anciens étudiants de l’aquaculture aient souvent des difficultés pour trouver un emploi. « Je compte recruter des diplômés et développer le business », soutient-il. Il se dit très reconnaissant envers son oncle Kemraj Persand pour son assistance . « C’est grâce à lui et au soutien de la famille et des amis que j’ai pu mettre en place un tel projet.  Je fais un appel au gouvernement et aux institutions pour qu’ils encouragent les jeunes qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat », confie le jeune homme.

Premier Mauricien au Anzisha Prize

Jessan a eu vent de cette compétition sur Facebook. «  La compétition est ouverte aux jeunes entrepreneurs d’Afrique âgés de 18 à 25 ans.  Au début, il y avait 8  000 participants. Après plusieurs étapes de  sélection, nous sommes 15 finalistes et je suis le premier Mauricien nominé pour la finale depuis que la compétition a été lancée il y a dix ans ». dit-il. Il s’envole pour l’Afrique du Sud le 12 octobre et la cérémonie de remise des prix se tiendra le 28 octobre.