Drame à Rivière-des-Anguilles : Uzma meurt dans un accident un mois après son mariage

By Kendy Antoine O commentaire //

Sheik Hawshab Ghaboos est sous le choc. Cet enseignant de 26 ans a perdu son épouse Uzma Soogund, 22 ans, dans de tragiques circonstances. Ils étaient à moto lundi soir quand le hijab de la jeune femme s’est pris dans la roue arrière. Ils sont tombés et la jeune femme n’a pas survécu à ce terrible accident.

Le drame s’est abattu sur les Soogund et Ghaboos. Il y a un mois et huit jours Hawshab et Uzma convolait en justes noces. Par la suite, la jeune femme, originaire de Chemin-Grenier, est partie vivre auprès de son époux à la rue Dispensaire, Tyack.

« Il y a eu une belle réception. Toute la famille était présente. Ils s’aimaient », lâche une tante qui peine toujours à réaliser cette soudaine perte. « Le 25 décembre, une autre réception avait eu lieu en l’honneur du couple, explique-t-elle. L’époux, qui enseigne dans une école à Rivière-des-Anguilles, venait de reprendre le chemin des classes. »

Selon un autre proche, le couple sortait d’un commerce à Souillac et rentrait chez lui à Tyack quand le drame s’est produit vers 20 heures lundi 9 janvier. Arrivé sur le pont de Rivière-des-Anguilles, le hijab de la jeune femme s’est retrouvé coincé entre les rayons de la roue arrière de la motocyclette. Uzma a alors fait une lourde chute.

Sous la moto

Le choc est violent. La jeune femme s’est retrouvée coincée sous la motocyclette. La police de Rivière-des-Anguilles et une ambulance du Samu ont été mandées sur les lieux. Il a fallu l’intervention des sapeurs-pompiers pour pouvoir dégager Uzma.

Cependant, le médecin du Samu a confirmé qu’elle avait déjà rendu son dernier souffle. Son époux, en état de choc et légèrement blessé, a été conduit à l’hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle. Après avoir reçu les premiers soins, il a été autorisé à partir. Il s’est soumis à un alcotest qui s’est avéré négatif.

Après avoir été relâché sur parole mardi, l’époux a dû se présenter en cour de Souillac. Il a été inculpé provisoirement d’homicide involontaire. Il a dû s’acquitter d’une caution pour retrouver la liberté. L’autopsie pratiquée par le Dr Prem Chamane, médecin légiste, a attribué le décès de la victime à une fracture de la nuque.

C’est au domicile des parents d’Uzma sur la route principale de Chemin-Grenier que les funérailles ont eu lieu mardi après-midi. Ils étaient nombreux, proches, parents, amis et collègues à venir rendre hommage à la jeune femme.

« Uzma  était une fille très pieuse, de nature calme. Le 25 décembre, je l’avais vue heureuse avec son époux. Ils se connaissaient depuis longtemps. Sa sœur est très affectée. Elle est à quelques semaines de son accouchement », confie Sultane, un oncle de la jeune femme. « Ses parents sont effondrés », ajoute une voisine.

Sur les réseaux sociaux, les témoignages de sympathies ont afflué des amis et proches, à l’annonce de cette terrible nouvelle. « Uzma...u were a part of my life...u were the best girl i met », peut-on lire sur le profil d’un proche. « Mo pas croire mo même », témoigne un autre.

Sept victimes

Depuis le début de l’année, c’est la septième personne qui trouve la mort dans un accident de la route. Le 1er janvier, la route avait fait quatre victimes à Pomponette et Midlands. Les jours suivants avaient été marqués par deux autres accidents fatals à St-Aubin et à Beau-Bassin.