Dr Sudesh Kumar Gungadin : «Les drogues synthétiques détruisent nos jeunes»

Par Jean Claude Dedans O commentaire
Dr Sudesh Kumar Gungadin

Elle est à bas prix pour qu’elle soit accessible. La drogue de synthèse tue nos jeunes à petit feu. C’est l’avis du médecin-légiste Sudesh Kumar Gungadin qui s’exprime aussi sur le crime en général.

Il y a eu sept morts depuis le début de l’année. Est-ce alarmant ?
Toute mort non-naturelle est un drame pour n’importe quelle famille, bien que cela ne soit pas si alarmant. Ces morts auraient pu être évitées en observant tout simplement les lois . Je veux dire par là qu’il faut éviter les excès de vitesse et l’alcool au volant et, dans les cas de meurtres, le contrôle de soi et la tolérance auraient pu modifier un scénario tragique. Il y a eu vingt autopsies du 1er au 3 janvier 2018.

Les crimes sont de plus en plus crapuleux. Que se passe-t-il dans notre société ?
C’est un fait que les choses ont changé ces vingt dernières années en ce qui concerne la prévalence des crimes, à cause de plusieurs facteurs : contrôle de soi quasi-inexistant, intolérance, indiscipline, valeurs morales en recul. Mais les plus grands coupables sont les media qui relaient les jeux, les films, les nouvelles internationales où l’on voit tant de crimes commis dans des pays voisins. L’alcool et la drogue jouent aussi un grand rôle.

En tant que médecin-légiste, quelle est votre analyse de tous ces faits divers que nous vivons ?
En tant que médecin-légiste, je dois dire que ce n’est pas encore alarmant. J’estime que, dans un pays qui se modernise, le crime est inévitable. En fait, c’est une indication d’un mode de vie qui s’accélère. À Maurice, la plupart des homicides sont des crimes passionnels dans lesquels, à nouveau, l’absence du contrôle de soi, l’intolérance, l’impatience et l’alcool sont les coupables. Nous avons de la chance de ne pas avoir de crimes de rue comme c’est le cas dans certains pays voisins ou d’activités terroristes. Je suis beaucoup plus inquiet du nombre d’agressions sexuelles à Maurice. Les Mauriciens sont sexuellement actifs de plus en plus jeunes.

Pourquoi les vols sont faits avec autant de violence ?
La réponse est simple : pour empêcher les victimes de crier et, bien sûr, pour leur faire peur de façon à ce qu’elles ne révèlent pas l’identité des coupables. En général, ceux qui offrent une résistance et les personnes âgées habitant seules, sont les plus vulnérables. Les malfrats sont sous l’influence de la drogue et de l’alcool.

La drogue joue-t-elle un rôle dans le comportement violent des jeunes ?
Oui, cela ne fait pas de doute, les drogues, et plus particulièrement les drogues de synthèse, les rendent euphoriques et plus violents. Elles affectent leur comportement. Ils ne peuvent plus se contrôler, ils sont désinhibés. Ils ne perçoivent plus les choses de façon cohérente et ne font plus la différence entre ce qui est bon et ce qui est mauvais.

Les Mauriciens sont à bout de nerfs. Pourquoi ?
À cause d’un manque de discipline et de contrôle de soi. Le sens des valeurs morales se perd dans notre société. Les liens et les valeurs familiales doivent être présents et inculqués dès le plus jeune âge, à la maison, à l’école et dans la société en général. La courtoisie doit être présente à tous les niveaux, à l’école, à la maison, au travail. La compétition et l’argent facile contribuent aussi à cette dégradation. C’est la loi du plus fort qui prévaut.

La police antidrogue a effectué plus d’une trentaine d’arrestations depuis le début d’année. Choquant ?
Je pense que cela aurait été pire si la drogue saisie s’était retrouvée sur le marché. La police fait un travail formidable mais nous avons besoin de la collaboration du public ainsi que d’un système légal rapide et fort pour combattre ce fléau.

La drogue synthétique fait des ravages parmi les jeunes. Quel serait votre message ?
Je suis inquiet par rapport aux drogues de synthèse. Les gens doivent comprendre pourquoi elles ont été produites et quels sont les objectifs des trafiquants. Elles ont été créées pour échapper à la loi, produire en masse, à bas prix, des substances accessibles, même online afin de cibler de jeunes proies et d’être vendues à bon marché. Elles évoluent vite et les systèmes de détection ne suivent pas. Il faut comprendre que les drogues de synthèse sont mortelles et qu’elles vont détruire toute une génération de jeunes si des actions fermes ne sont pas prises très vite.