[Vidéo] Curepipe - La miraculée : Anaé survit à une chute de deux étages à deux ans

By Kendy Antoine O commentaire
La petite Anaé dans les bras de sa maman Emmanuelle.

Ils craignaient le pire pour leur fillette Anaé, âgé de deux ans. La petite, victime d’une fracture du crâne, s’est réveillée. Elle avait fait une chute de deux étages à Curepipe, le dimanche de Pâques. Le vendredi 21 avril, elle est rentrée chez elle.  Elle se remet lentement de ce traumatisme. Récit.

Anaé, la petite miraculée. Elle n’a que deux ans et déjà, elle a frôlé la mort  après une chute de deux étages. L’incident est survenu, le dimanche 16 avril, dans les appartements de la NHDC à Cité Saint-Luc, à Curepipe. Pour Christian, le grand-père de l’enfant, c’est « enn mari sans… Enn vre mirak  ! » 

En ce jour de Pâques, les proches d’Anaé sont invités à une  fête d’anniversaire et à un baptême.  « Anaé était avec nous, dit Christian. Nous étions conviés à une fête à la NHDC de Cité Saint-Luc. Nous y sommes arrivés vers 16 heures. »  La fête bat son plein. Les invités sont au 2e étage du bloc d’appartements. Les enfants s’amusent sur le balcon alors que les grands discutent et prennent un pot. Le grand-père, lui, ne quitte pas sa petite des yeux. « Une bâche, faisant office de rideau, avait été placée sur la rambarde donnant dans le vide. Il y avait cinq ou six enfants qui y jouaient. »

Anaé s’amuse également. Le grand-père en profite pour aller chercher une chaise. Il est loin de se douter du drame qui allait se jouer. « Sa inn pass dan de trwa segonn. Monn tann dimoun pe krye deor », raconte Christian. Il se rue à l’extérieur. « Monn tann dir enn zanfan in tonbe. Mo pe rod mo tifi parmi bann zanfan-la. Mo pa finn pe trouv li. Monn dir mo madam Anaé mem kinn tonbe san ki mo get anba. » C’est la panique.

La fête est interrompue. Des gens accourent pour venir s’enquérir de l’état de santé de la petite. Anaé a fait une chute de plusieurs mètres. « Il y avait un haut-parleur. Je pense qu’elle a grimpé dessus pour attraper la bâche. Elle ne pouvait se douter que c’était le vide à l’arrière. Elle est tombée », explique Christian.

Du sang dans les oreilles

Les secours sont avertis. « Ma petite-fille était inconsciente. Mo pa finn pran li tantion mo deranz kiksoz ek li », ajoute le grand père. « Les pompiers et le Samu ont été alertés, mais les deux ont tardé à venir. La police, elle, était déjà sur place. Cela a failli dégénérer. Heureusement qu’un infirmier qui habite à proximité est arrivé. Il a placé la petite sur un ‘plywood’ et une dame s’est chargée de conduire Anaé à la clinique », poursuit Christian.

Les parents de la petite, qui n’était pas présents à la fête, sont alors informés. « On ne m’a pas dit qu’elle était tombée », nous dit Emmanuelle, la mère. « Le grand-père m’a expliqué qu’elle avait eu un problème et que tout devait aller mieux. C’est après que j’ai appris que ma fille avait fait une chute », souligne cette femme de 25 ans.

À son arrivée dans la clinique, la petite est prise en charge. « Elle avait du sang dans les oreilles. Elle a été soumise à un X-Ray. Le médecin nous a dit qu’elle avait une fracture du crâne.» Elle a été admise à l’unité de soins intensifs. Emmanuelle explique que le médecin s’est montré très optimiste. « Ce qui nous a permis de garder espoir. Anaé n’a subi aucune opération. Le docteur nous a dit de ne pas baisser les bras. Nous avons beaucoup prié », dit-elle.

Après deux jours à l’unité de soins intensifs – deux nuits blanches pour la famille –, la petite a ouvert les yeux. « Le soulagement », dit sa mère. « Le médecin nous a dit que la fracture allait se refermer au fur et à mesure qu’elle grandira. Toutefois, il se pourrait qu’elle doive suivre un traitement pour éviter qu’elle ne soit sujette à des crises d’épilepsie », explique Emmanuelle.

La petite a été transférée à l’hôpital de Candos et admise en pédiatrie. Au bout d’une semaine, Anaé a été autorisée à rentrer chez elle. « C’est un miracle. La Vierge Marie l’a protégée », lâche le grand-père.

Véritable bout en train, Anaé est la cadette de la famille. « Elle est très active. Li grimp partou. À la maison, elle sait où elle peut aller ou pas. Elle connaît les dangers. Mais à cette fête, elle était en terrain inconnu. Elle s’est ainsi retrouvée dans le vide. Mais c’est une battante », dit la mère. Entourée de ses parents, la petite Anaé tente de reprendre sa vie normalement.

Tous s’accordent à dire que c’est un miracle. « Il y a des adultes qui n’auraient pas survécu à une telle chute. C’est bien qu’elle s’en soit sortie. C’est miraculeux », lâche un  résident de la NHDC.  Il soutient que les proches auraient dû être plus prudents. « C’est une enfant. Il faut toujours avoir les yeux sur elle. Komie zanfan ena dan sa ban lapartman la ? Zame pa finn ena insidan koumsa ».