Complexe à Côte-d’Or : deux camps s’affrontent à l’Hôtel du gouvernement

Par Thierry Laurent O commentaire
Complexe à Côte-d’Or

Le projet de construction d’un complexe sportif est au cœur d’un  bras de fer au sein du gouvernement. Certaines voix aux Finances laissent entendre que le projet sera moins ambitieux que prévu, d’autres affirment le contraire.

Les affrontements au ministère des Finances et dans l’entourage du Premier ministre se poursuivent. Après les tiraillements autour de certaines mesures budgétaires, notamment la Negative Income Tax, le projet du complexe omnisports à Côte-d’Or alimente la polémique. Déjà, la semaine dernière, des informations ont paru à l’effet que la réalisation du projet initial était remise en question. Et pas plus tard que mardi, une source au ministère des Finances, que nous avons contactée au téléphone, a abondé dans le même sens. « Le projet est en train d’être revu. Nous ne pourrons réaliser le plan initial qui comprenait la construction d’un stade et d’un gymnase multifonctions en vue des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien prévus du 19 au 28 juillet 2019. Seule une piscine olympique sera construite. Plusieurs centaines de millions de roupies ont été décaissées », a indiqué cette source.

Mais dans l’entourage direct du Premier ministre et au niveau du ministère de la Jeunesse et Sports, on a un tout autre discours. Certaines sources au Prime Minister’s Office font état d’une « campagne de sabotage » menée de toutes pièces par des « frustrés qui œuvrent pour leurs propres intérêts », tout en mettant « en péril certains projets gouvernementaux ».
Avinash Gopee, président du conseil d’administration de la Mauritius Multisports Infrastructure Ltd, a affirmé au Défi Quotidien que « le projet initial est bel et bien sur les rails ».

« Nous faisons de notre mieux pour que le projet de stade, de gymnase et de piscine olympique soit réalisé avant la tenue des prochains Jeux des Îles », nous a-t-il déclaré. Se disant conscient de la campagne de désinformation orchestrée contre ce projet, Avinash Gopee soutient qu’un contrat d’environ Rs 123 millions a déjà été obtenu par la compagnie chinoise BCEG.

Pour faire taire les détracteurs, le Bureau du Premier ministre et la Mauritius Multisports Infrastructure Ltd comptent faire une démonstration de force, le 21 février, à Côte-d’Or pour la cérémonie de pose de première pierre de ce projet de la discorde.