Chute fatale - La sœur de la victime : «On a perdu le pilier de la famille »

By Ellvina Nallan O commentaire
Dhurmaraj Choolun

À La Rosa, où habitait Dhurmaraj Choolun, la tristesse est à son comble. Ses proches sont dévastés après que le quinquagénaire ait tombé du deuxième étage de sa maison, alors qu’il réparait des tuyaux. Cinq jours après la chute, le clerc a rendu l’âme, laissant derrière lui une veuve et deux enfants.

Il ne leur reste plus que les larmes pour exprimer leur douleur. L’épouse de Dhurmaraj Choolun est incapable de parler et ses proches tentent de la consoler. Babita, sœur de la victime, est également anéantie.

« Nous vivons une épreuve très difficile. La femme de mon frère est inconsolable. Sa fille, âgée de 18 ans, tente de tenir le coup, malgré sa grande douleur. Elle s’efforce d’être forte pour sa mère et son frère, âgé de 13 ans. Mon frère était le pilier de sa famille. Son fils est très affecté par sa mort. Li ti bien kontan so papa. Maintenant que mon frère n’est plus, il a perdu la joie de vivre », raconte Babita.

« Mon frère aimait bien bricoler. Il était très débrouillard, un hard worker. Il aidait souvent ses proches et nous donnait toujours de bons conseils. Dhurmaraj ne racontait jamais ses problèmes. Il s’est toujours battu pour que la famille vive dans la joie. Il laisse un vide immense dans le cœur de ses proches », dit Babita.

Dhurmaraj Choolun se trouvait au deuxième étage de sa maison, le 11 mars dernier. Il réparait des tuyaux. Soudain, il a perdu l’équilibre et il est tombé. Alerté par ses cris, son frère s’est rué chez lui. Il l’a aperçu gisant dans une mare de sang. Dhurmaraj Choolun a été transporté à l’hôpital Jawaharlal Nehru de Rose-Belle. Puis, il a été admis à l’unité des soins intensifs d’une clinique des hautes Plaines-Wilhems.

Le mercredi 15 mars, Dhurmaraj Choolun a poussé son dernier soupir. L'autopsie, pratiqué par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département médico-légal, a attribué le décès à une fracture du crâne.

Les funérailles du défunt ont eu lieu jeudi. De nombreux proches sont venus lui rendre un dernier hommage. « Sa femme s’est évanouie quand le corps a quitté la maison », confie Babita. « Le couple était inséparable. Maintenant que Dhurmaraj est décédé, on ne sait pas comment sa veuve vivra sans lui. Je demande à Dieu de lui donner du courage. »