Chassée, ébouillantée et brutalisée : Caroline agresse son époux avec un couteau au cours d’une bagarre

Par Kendy Antoine O commentaire
Elvis a dû subir une intervention chirurgicale à l'hôpital du Nord.

Jeudi soir, une violente altercation a éclaté entre Caroline* (33 ans) et son époux Elvis* (27 ans), à Baie-du-Tombeau. Au cours de cet incident, le jeune homme a été agressé au couteau par son épouse. L’état de santé du jeune homme inspire de vives inquiétudes.

Caroline, qui vit séparée de son époux, souligne que celui-ci voulait la chasser et a tenté de l’ébouillanter. « J’ai agi en état de légitime défense », a-t-elle soutenu aux enquêteurs. La jeune femme dit être encore sous le choc.

Depuis l0 ans, elle connaît Elvis. Ils se sont mariés au bout de deux ans et se sont installés à Résidences Saint-Malo, à Baie-du-Tombeau. De leur union, trois enfants sont nés, dont le dernier est âgé de deux mois. Pour la maman, « se boukou lane martir ki mo finn passe avek li ».

« Je travaillais dans un centre d’appels lorsque nous nous sommes connus. J’ignorais qu’Elvis avait un tempérament violent », fait comprendre Caroline. Elle explique qu’une fois la bague au doigt, son époux a changé du jour au lendemain. « Li tape pou nanie. » Puis les choses se sont enchaînées pour la jeune femme originaire de Rodrigues. « Je suis tombée enceinte et il continuait à me molester », se lamente-t-elle.

« Nous avons vécu de bons et de mauvais moments qui étaient plus fréquents », soutient Caroline, amère. Malgré la présence des enfants, souligne-t-elle, le tempérament de son époux n’avait pas changé d’un iota. « C’était pire, il me trompait. À chaque fois qu’il rencontrait une nouvelle femme, il s’acharnait sur moi. J’ai supporté les souffrances pour mes enfants. La police a dû intervenir à plusieurs reprises. J’ai bénéficié des Protection Orders de la cour, mais, je faisais de nouveau l’objet de maltraitance dès que les ordres de protection arrivaient à échéance. » 

Il y a deux mois, Caroline a mis au monde son troisième enfant. « Huit jours après la naissance du petit, Elvis m'avait agressée. Je savais qu’il avait une aventure avec une autre femme. Il me disait sans relâche de partir pour qu’il puisse venir y vivre avec sa nouvelle conquête. Mais je ne cédais pas à ses menaces. Il est allé vivre chez sa mère à Pointe-aux-Sables, me laissant la garde des enfants. » 

Jeudi soir vers 19 h 30, Elvis s’est rendu à Baie-du-Tombeau. « Il est arrivé, puis a commencé à m’injurier. Il m’a une nouvelle fois chassée de la maison », se désole-t-elle. La tension est vite montée. « Je découpais un poulet et faisais bouillir de l’eau pour donner un bain au petit. Au cours de la discussion, Elvis a versé le récipient d’eau sur ma tête. Le contenu n’était pas tout à fait chaud. Puis il m’a frappée avec le récipient à la tête. »

« Mo finn trouv disan lor mo lame »

Le couple en est alors venu aux mains. « Li finn pran enn kouto sinwa pou tap mwa. Mo finn litt ek li. Nou finn tombe dehor », se remémore Caroline. Elle se défendait et est parvenue à arracher l’arme tranchante de la main de son époux. « Elvis a trébuché. Mo finn tom lor li. Ler mo releve mo trouv disan lor mo lame. Mo gett li mo trouv disan. Li finn blesse. Li finn leve apre li finn rant dan so loto pou ale. Mo finn panike. Ti enn aksidan », relate-t-elle encore sous le choc.

Le jeune homme n’a pu aller bien loin. À mi-chemin, il perd connaissance au volant de sa voiture. La police de Baie-du-Tombeau a été alertée. L’époux a été conduit d’urgence à l’hôpital du Nord, où il a subi une délicate intervention. Par la suite, il a été placé à l’unité de soins intensifs. Vendredi, il a été transféré en salle de traitement. Son état de santé demeure préoccupant.

Entendue une première fois par la police de Baie-du-Tombeau jeudi soir, Caroline a affirmé que c’était un accident. Elle a été relâchée sur parole. Vendredi, elle a été de nouveau interrogée. À l’issue de ses explications, elle a été une nouvelle fois été autorisée à partir. Pour l’heure, aucune charge n’a été retenue contre elle.

« Je n’ai aucun endroit où aller. Comment vais-je faire avec trois enfants sur les bras, si on me jette à la rue ? » s’interroge Caroline. Pas question de retourner vivre dans cette maison où l’incident s’est produit. « J’ai peur des représailles. Je suis partie vivre ailleurs pour ma propre sécurité et celle de mes enfants. »

« Caroline a voulu tuer mon fils »

La mère d’Elvis est catégorique. « Caroline a voulu tuer mon fils. D’ailleurs, il m’avait dit qu’elle a déjà proféré des menaces contre lui. Elle parle d’accident alors qu’elle a agi avec préméditation. Elvis a dû subir une longue intervention chirurgicale. Malgré leur séparation, mon fils s’occupait de ses enfants. » La police attend que la victime se rétablisse, afin de donne sa version.

*Prénoms modifiés.